etxe alaia, le site

nombre de visiteurs
depuis le 1er juin 2008
(mise en place du compteur):compteur internet

pages personnelles
et site créés en  2004



DES CONSEILS

POUR REUSSIR SUR
l'Educ Nat en ligne


retour en haut de page


UN SITE  
POUR REVISER :

assistance scolaire

cliquez ci-dessous
pour  envoyer un courriel au webmestre :
écrire au Webmestre

  http://etxealaia.franceserv.com/


site du
CONSEIL REGIONAL









L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ

retour en haut de page

COMPLEMENTS

Les deux mouvements dans
LA TRANSITION DEMOGRAPHIQUE

une hypothèse du Français Landry, qui évoque dès 1909 une "révolution démographique"

ACCELERATEUR
Baisse de la mortalité
tandis que le natalité se maintient à un niveau élevé
FREIN
Stablisation de la mortalité rejointe par la natalité qui baisse à son tour puis se maitient à un niveau proche de la mortalité

AVANT ET APRES L'EXPLOSION DEMOGRAPHIQUE
On passe durant la transition d'un équilibre haut des taux (population faible et stable) à un équilibre bas (population nombreuse et stable à nouveau)


VOIR LE
GRAPHIQUE REALISE EN CLASSE

écrire au Webmestre



retour en haut de page






L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ

retour en haut de page





 L'ESSENTIEL
L'Europe n'a pas été le premier foyer de peuplement, et le nombre des Européens est resté constant en proportion et relativement faible durant des Siècles ; mais, à l'époque industrielle (XIXème et XXème Siècles) le recul de la mortalité et l'élévation du niveau de vie ont permis à l'Europe de coloniser le reste du monde et ont fait triompher les moeurs européennes (diffusion des langues impériales ou du mariage monogame, notamment). Cette domination de l'Europe est peut-être la conséquence d'une modernisation amorcée dès le XVIème siècle...




retour en haut de page






L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ



 retour en haut de page

Trouvez sur le site eke.org des ressources sur l'émigration basque

retour en haut de page

COMPLEMENTS

Les pics de surmortalité
L'Ancien régime démographique est décrit comme une période de longue stagnation des effectifs de la population. Dans les faits, le TAN est faible mais positif et la population a donc tendance à augmenter lentement. Cependant, de temps à autres, des crises interviennent durant lesquelles les morts sont beaucoup plus nombreuses que les naissances, ce qui ramène le niveau de la population à des chiffres à peu près constants, en adéquation aux ressources, qui sont limitées.
L'espacement de ces PSM et leur réduction en intensité sont les signes d'une amélioration notable du niveau de vie et leur disparition marque l'entrée dans un régime démographique
transitionnel puis moderne.



Les crises de subsistance
De mauvaises récoltes peuvent provoquer une famine à l'hiver suivant, des décés en nombre excessif et une chute du nombre des naissances. Cette conjonction catastrophique est l'une des causes les plus fréquentes des PSM mais tend à disparaître après la révolution française. On ne dénote plus du tout de disette en France à partir de 1850.




retour en haut de page






L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ



 retour en haut de page
COURS
Nature des documents :  Nous étudions des décors réalisés sur des vases grecs anciens, dont l'un au moins est d'origine athénienne puisque désigné comme "un vase attique".
Le décor du premier vase est rouge sur fond noir, un technique courante au Vème siècle, tandis que celui du second vase est noir sur fond rouge, une pratique plutôt caractéristique d'une période plus ancienne, et est daté du VIème siècle.
Auteur et Contexte :  Ces décors ont donc été réalisés au moment où la cité des Athéniens devenait une Démocratie, vraisemblablement par des artisans produisant en série des vases dans le quartier du Céramique. De nombreuses poteries fabriquées à Athènes étaient en effet exportées dans tout le monde méditerranéen, la cité démocratique étant devenue par ailleurs un
très grand centre économique.







   ^^ cliquez pour agrandir^^

PRISE DE NOTES
d'après l'examen du manuel

La carte 1 montre le territoire des Athéniens, appelé:   "l'Attique".
La cité grecque n'est donc pas une ville mais un petit pays, un état regroupant des campagnes et une ou plusieurs agglomérations. Urbains et ruraux sont à égalité dans la cité. Ses limites ne sont pas des frontières précises.

La carte 2 nous apprend que les Grecs vivent en pays montagneux mais que leurs cités sont le plus souvent situées dans des îles ou des plaines littorales, notamment dans la Turquie actuelle (région appelée Ionie).  Il existe de grands sanctuaires (communs à tous les Grecs, on les désigne comme "panhelléniques").

La carte 3 précise l'étendue du monde Grec : les territoires hellénisés se trouvent sur tout le pourtour méditerranéen et en Mer Noire. Marseiille (Massilia) est notamment une cité grecque. De même que Nike/Nice ou Antipolis/Antibes . Les marchands Grecs ont des relations avec des territoires continentaux (notamment avec les Celtes).

*

en gras, des commentaires ajoutés pour éclairer les documents mais qui sont des informations n'y figurant pas explicitement / c'est cet apport de connaissances qui est demandé quand on vous demande de travailler sur des supports



retour en haut de page





L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ




 retour en haut de page




TP2H
LE 6 DECEMBRE
Introduction rédigée

"La constitution des Athéniens" est un extrait du récit de la guerre du Peloponnèse entrepris par l'historien grec Thucydide.  L'auteur, contemporain des faits et partisan de la Démocratie, y rapporte le discours qu'aurait tenu Périclès aux citoyens athéniens alors que les hostilités contre Sparte commençaient. On doit supposer que les propos attribués au grand stratège sont conformes à ce qu'il pensait de la Démocratie, régime de la cité des Athéniens au Vème siècle.
Réélu durant 25 années au poste de général, Périclès imposa le régime démocratique aux Athéniens  (par son talent oratoire)
mais aussi aux états voisins, transformant la ligue de Délos (une alliance défensive contre les Perses, que les Athéniens avaient défait à Marahon et Salamine) en un véritable empire égéen et installant des garnisons athéniennes chez ses alliés pour les convertir de force à la Démocratie. Quelle définition du régime donne Périclès et en quoi lui semble-t-il être un modèle ?

Plan de développement
Un régime où le peuple est gouverné par lui-même
(en fait : où la majorité gouverne la minorité, qui accepte cette situation).
Une égalité parfaite devant la Loi.
La possibilité pour tous, même les plus pauvres, de participer à la vie civique.
(pour chaque élément
énoncé : une citation puis des commentaires et éventuellent une critique)

Conclusion
Le principal intérêt du discours est qu'il insiste sur la nécessité que la concorde règne entre les citoyens. En réalité, les adversaires de Périclès l'accusent de démagogie et le régime subit après sa mort une crise dont il ne se relève pas et qui provoque son échec au  IVème siècle.
.


 retour en haut de page

COMPLEMENT
AU COURS

3B - Rome : une cité sans démocratie devenue un empire sans électeurs...

Rome est au départ une cité (République). Elle est gouvernée, à ce titre, par le Peuple. Du moins en théorie car en pratique les citoyens y disposent de droits inégaux : les Patriciens (noblesse) s'opposent à la Plèbe et, d'autre part, le Peuple gouverne avec le Sénat (signification du sigle SPQR) une assemblée de sages appelés "Quirites" (le nom désigne aussi bien les Romains dans leur ensemble) qui détiennent l'essentiel du pouvoir réel. Les principales magistratures (les deux consuls dirigeant les armées, le censeur nommé pour recenser les ctoyens et en établir la liste comme le niveau de taxation) sont détenues par les sénateurs ; lesquels doivent être riches et posséder des terres en Italie. Si le Sénat s'ouvre peu à peu aux plebéiens aisés (avant le début de l'ère impériale) et aux provinciaux (sous Claude, notamment, qui accueille des Gaulois en son sein) c'est à condition qu'ils achètent des biens fonciers dans la péninsule. Le Peuple n'obtient que le droit d'élire des tribuns, inviolables et nommés  pour le défendre et parler en son nom... mais écartés du gouvernement. Les assemblées électorales des citoyens les plus pauvres sont rarement convoquées.

retour en haut de page





L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ







DECOUPAGE FILMIQUE : LE SEIGNEUR DE GUERRE
> ponctuation sonore <

1 Le contexte
Rappel de la situation historique au XIème siècle
: une Europe fragmentée en de nombreuses principautés (les princes en question sont appelés ici des "ducs" ; c'est la période dite "féodale")
> la musique démarre <
2 Le générique
Observation d'une longue colonne de sodats armés,  pourvus on non de montures : une troupe de chevaliers qui progressent dans un paysage marécageux littoral
> ralentissement puis arrêt de la musique et cri (Hue !) <
3 La seigneurie
Description d'un domaine. Une "simple tour de guet" (Donjon)  et des terres ("D'ici jusqu'à la mer") qui ont été "données par le duc". Allusions au droit d'aînesse, au devoir du seigneur de protéger ses sujets "comme Dieu protégea Israël" et donc d'agir en chrétien, aux loisirs des châtelains : un nain fait le bouffon, des faucons et des chiens évoquent la chasse, réservée aux nobles).
> reprise progressive de la musique puis silence <
4 La forêt
Le film prétend que les habitants seraient encore paiens (ce qui en réalité est invraisemblable)
> signal d'alarme et répétition de messages concernant l'invasion de "pillards venus de la mer" qui sont "des Frisons", la musique s'emballe comme dans un western <
diverses scènes de combat non commentées, capture d'un enfant  qui se trouvait avec les pillards < silence >
5 La rencontre
Le nouveau seigneur voit ses paysans pour la première fois. Ceux-ci se courbent devant lui, se montrent obéissants et respectueux. Lui ne dévie pas son cheval mais les bouscule au passage ; il confisque la hâche qu'un paysan a pris à un Frison et ne le félicite pas de s'être battu car seuls les chevaliers ont le droit d'être armés. Le châtelain peut aussi condamner à mort les paysans (c'est donc un seigneur haut justicier, qui peut pendre les malandrins).
FIN DE L'EXTRAIT 11'23
"Il est notre seigneur !"


retour en haut de page





L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ




COMPLEMENT AU COURS
Le "roman" de Renart

Un des tout premiers textes écrits en Français, des sources diverses.


Nature et auteurs : un recueil écrit en langue romane (pas en Latin, mais en Vieux Français) et rédigé en vers, qui n'est donc pas, en fait, un "roman" au sens actuel de ce terme. Des histoires d'abord chantées ou récitées, d'origine septentrionales voire germaniques, mises par écrit par plusieurs écrivains anonymes dans la France du Nord à partir du XIIème Siècle, jusqu'au Lillois Jacquemars Giélée qui, en 1288, en propose une suite, intitulée "Renart le nouvel" (des compilations ou d'autres suites seront encore produites au XIVème Siècle). Une forme imitant celle des textes "à la mode" au Moyen Age (les Chansons de geste célébrant Roland et le temps de Charlemagne, ou les romans courtois fondés sur la matière de Bretagne,  c'est-à-dire la légende du roi Arthur et de la Table Ronde, ou sur la matière de Rome - l'Antiquité). Une sorte de parodie de ces genres littéraires, écrite juste quand apparaît par ailleurs un genre nouveau : le roman de chevalerie en prose (Chrétien de Troyes).
Un récit parfois grossier, dont l'intention la plus évidente est la satire, centré sur un anti-héros, car le goupil n'est pas un aimable farceur mais un criminel malfaisant.


Une caricature de la société rurale médiévale ?

Contexte : la société du Moyen Age (dite féodale) est décrite dans la plupart des textes du XIème au XIIIème Siècles comme une société d'ordres. Idéalement, la population doit à cette époque se répartir conformément à la vision chrétienne de la société entre "ceux qui prient" ou oratores, "ceux qui combattent" ou bellatores et "ceux qui travaillent" ou laboratores. Cette organisation sociale est conforme aux conceptions de l'Eglise. Dans la Chrétienté, seul le clergé est, en effet, censé servir Dieu à plein temps, lui consacrant par exemple, comme les moines, cinq prières quotidiennes... tandis que les "laïcs"  ont beaucoup moins d'obligations. Les soldats (ou milites) sont censés respecter les valeurs chrétiennes, donc défendre "la veuve et l'orphelin" mais aussi protéger l'Eglise, respecter les trêves qu'elle ordonne, etc... d'où l'effort des autorités Catholiques pour transformer les guerriers en "chevaliers". Les seigneurs ecclésiastiques et laïcs (possédant châteaux, abbayes, évêchés, etc.) sont unis entre eux par des liens vassaliques (hommages des vassaux à leur suzerain qui leur remet en contrepartie un fief). Le peuple travaille car il s'agit là d'une punition divine (Adam et Eve ayant été chassés du Paradis) et par conséquent d'un devoir moral pour tous les Chrétiens (les loisirs sont vus depuis Saint Augustin comme une détestable oisiveté, "mère de tous les vices"). 

Problématique : En quoi la remise en cause de la société féodale traditionnelle est-elle apparente dans le roman ?










Racine du site :
revenir à la page d'accueil en cliquant sur les écureuils







L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ




Les Templiers, un ordre de chevalerie vouée à la défense de la Terre Sainte et qui a longtemps servi de banque aux rois de France et aux princes chrétiens



Hildegarde de Bingen,  l'un des grands esprits de l'époque féodale :

Cliquez sur l'image pour voir les personnages proposés à l'illustration des élèves dans le cadre du projet d'exposition pour la Journée des Droits des Femmes

retour en haut de page

RAPPEL
CONCERNANT LES EVALUATIONS

Les corrigés et barèmes sont publiés en ligne dans le blog etxealaia :



et les énoncés sont diffusés à l'avance sur la page Google+
etxealaia jusqu'au 8 mars :



A partir du troisième trimestre, les énoncés des devoirs (disponibles par ailleurs à partir de Pronote) sont  publiés, comme les corrigés et barèmes, dans le blog etxealaia, Google arrêtant définitivement le service Google+ en Avril


retour en haut de page



L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ




RETOUR AUX
CONSIGNES POUR
TD 7H




VERIFICATION
DES PRE-REQUIS

REFORMULATION
L'époque moderne : se situe entre la moyen Age et l'ère contemporaine et s'ouvre à partir du  XVIème siècle.
Arbitrairement, on fixe son
début à 1492 (Christophe Colomb aux Antilles, unification de l'Espagne sous Isabelle la Catholique et Ferdinand d'Aragon et expulsion des Juifs et Musulmans de la péninsule ibérique). Elle s'achève au siècle des Philosophes, avec les révolutions américaine (1776) et française (1789).
Les "mondes nouveaux" sont l'Amérique (désignée ainsi d'après Amerigo Vespucci, à partir du XVIème siècle) mais aussi les nouveaux domaines du savoir explorés par les Européens à l'époque moderne, moment où la connaissance scientifique progresse et où sont formulées de nouvelles idées philosophiques et religieuses.
Les "grandes découvertes" sont une expression qui s'applique à la découverte de l'Amérique ou del a route des Indes mais aussi à celles de nombreuses techniques et ionstruments, souvent importés d'Orient par l'intermédiaire des Arabes et du monde musulman.

REMARQUES CRITIQUES
- Le début de l'époque moderne est marquée par des changements que nous voyons comme des nouveautés, mais qui, en réalité, sont perçus par les Hommes de la Renaissance; lesquels ne croient guère au progrès,  comme un retour à la "source pure" de la culture antique. En médecine, par exemple, les connaissances anatomiques s'accumulent grâce aux  dissections parfois autorisées par l'Eglise, mais   beaucoup préfèrent apprendre dans les livres des savants Grecs ou Romains... De la même manière, les régions d'Amérique ne sont pas des "pays neufs" et ne sont pas "découverts" puisqu'ils sont peuplés de très longue date par les prétendus "Indiens". Quant aux réformateurs religieux, ils prétendent rétablir la foi et les rites des premiers chrétiens et non pas innover.
- Les succès de l'Europe sont obtenus sous la contrainte des Turcs. Nouveaux venus récemment convertis à l'Islam, ils bâtissent un empire méditerranéen qui coupe la route traditionnelle du commerce et des pélerinages vers le Levant et font la conquête des Balkans, menaçant Vienne au XVIIème siècle. C'est pour éviter cet adversaire que les Portugais entreprennent de contourner l'Afrique et que les Espagnols traversent l'Atlantique.

retour en haut de page




L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ


retour en haut de page


Cliquez sur la carte du
Mexique pour l'agrandir

LA CONQUÊTE

Hernàn Cortes débarque à Veracruz en avril 1519
en provenance de Cuba.
Il est à la tête d'une expédition forte de 11 navires, 16 cavaliers, 518 fantassins, 13 artilleurs avec 8 petits canons, 32 arbalétriers, 13 arquebusiers, 110 marins et 200 Indiens et esclaves noirs comme auxiliaires de troupes. En outre, ils emmènent 32 chevaux, 10 canons de bronze et 4 fauconneaux (canons plus petits). Un Espagnol parlant le Maya les accompagne...

Les Espagnols débarquent d'abord au Yucatan, évangélisent quelques tribus et obtiennent des esclaves, parmi lesquels Marina dit La Malinche, maîtresse de Cortès auquel elle donne un fils. Très vite capable de parler le Castillan, la jeune femme sert d'interprète avec les autochtones parlant le Nahuatl (les peuples du Mexique central sont les Aztèques) et joue un grand rôle dans la conquête..

Accueilli à Tenochtitlan comme un Dieu en novembre 1519, Cortès apprend la révolte des Indiens de la région de Véracruz puis l'arrivée de navires en provenance de Cuba dont les occupants présentent Cortès comme traître à son roi et demandent aux Aztèques de le tuer ! Moctezuma est pris en otage et doit se reconnaître vassal de Charles Quint.

Cortès quitte Mexico, y laissant une garnison, puis y revient à la fin du mois de juin 1520 pour en être chassé très peu de temps après suite à l'assassinat de Moctezuma. C'est la "noche triste" (30 juin-1er juillet 1519) qui oblige le conquistador à fuir ; mais il parvient à échapper à ses poursuivants Aztèques (bataille d'Otumba).

L'aide déterminée de la cité de Tlaxcala permet à Cortès de recruter d'importants renforts indigènes et d'organiser le siège de Tenochtitlan. La ville se rend après cinq mois de résistance acharnée le 15 août 1521. 120 000 à 240 000 Aztèques ont péri, et le dernier empereur Cuauhtémoc est torturé en vain par Cortès, avide de trouver les trésors dissimulés par ses ennemis.

retour en haut de page

METHODE DE LA COMPOSITION
Plan-type
et exemples d'introductions rédigées

1 Galilée et l'essor de l'esprit scientifique
2 L'invention de l'imprimerie
3 La machine à vapeur  : histoire d'une invention


Denis Papin apparaît encore comme un exemple de ces savants du XVIIème Siècle dont les tâtonnements ont précédé la révolution industrielle (mort vers 1712, il a posé dès 1690 toutes les bases de la machine à vapeur ; c'est un intellectuel mais aussi un artisan de Génie et un touche-à-tout typique, qui tâche d'être un esprit universel). Ses contemporains n'ont pas mesuré toute  la portée de ses découvertes, mais il a sans doute réalisé le premier une machine à vapeur qui fonctionnait.  Formé par les Jésuites, Denis Papin est devenu médecin mais n'a pas exercé son art ; il a travaillé à l'Académie des Sciences de Paris, s'est exilé en Angleterre puis en Allemagne, comme beaucoup d'autres Protestants, inquiets de  la révocation de l'édit de Nantes.

retour en haut de page






L Y C E E . R A V E L
SAINT-JEAN-DE-LUZ





retour en haut de page

COURS

A1 "Si le roi le veut, Dieu le veut" est une devise de Bossuet, qui définit parfaitement le principe de la monarchie abolue.
Tenant lieu de Dieu sur terre (roi de Droit divin et lieutenant du Christ) le roi de France (sa majesté très chrétienne) n'a pas tout pouvoir dans la mesure où il doit respecter les principes chrétiens. L'Eglise  peut donc limiter son action ("ce que Dieu à unit, le roi ne peut le désunir") par ailleurs gênée par l'existence de nombreux privilèges (territoriaux et sociaux)

Les Lumières sont les philosophes, qui souhaiteraient imposer au roi (et aux gouvernants en général) un "contrat social" liant le pouvoir et les gouvernés (la formule est de Rousseau, mais l'idée est reprise partout et diffusée grâce à de nombreux salons et lieux de débat).

A2 Le royaume est mal gouverné car le pouvoir est concentré entre les mains d'un seul (absolutisme monocéphale de Louis XIV) ou partagé entre le roi régnant et son ministre (absolutisme bicéphale qui ne peut bien fonctionner que si le roi a le caractère suffisamment affirmé pour soutenir  son ministre, et si ce dernier est compétent). Or, si Necker est très populaire et propose le premier au faible louis XVI de convoquer les Etats-Généraux il a gouverné par expédients, endettant le royaume auprès des banquiers suisses(lui-même est Genevois) sans cesse davantage.



ATTENTION

UN NOUVEAU SITE DU LYCEE-COLLEGE EST OUVERT DEPUIS
AVRIL 2019

CITE SCOLAIRE RAVEL


Les élèves absents lors du dernier devoir (TP5H)
ont à rendre impérativement
POUR LE 28 MAI
l'exercice de Géographie
TP4fG'
(lequel demeure un exercice facultatif pour le reste de la classe)




RESSOURCES SUR LA TRAITE NEGRIERE
Les passagers du vent,
une BD historique


"LA LIBERTE
GUIDANT LE PEUPLE"
PRESENTEE
EN LIGNE

Ce tableau fameux de Delacroix  raconte la révolution de 1830.
C'est donc d'une manière très paradoxale qu'il évoque au public contemporain la République ! Mais la figure de Marianne, incarnation du peuple, ne représente pour l'auteur que la Liberté, et le drapeau ou le bonnet phrygien ne sont pas encore devenus synonymes de système politique républicain (c'est la IIIème République qui réussit à inscrire dans la mémoire collective le régime comme l'héritier direct des valeurs de 1789)

 


vdp
HISTOIRE / SECONDE 7 / 2018-2019  
 
Compléments aux cours de P-LVanderplancke                                                                          http://etxealaia.franceserv.com 


vers les cours de Géographie

CHAPITRE I

LA PART DES EUROPEENS DANS L'HISTOIRE DU PEUPLEMENT
DE LA TERRE  
un exemple d'étude
du "temps long"


CHAPITRE  SUIVANT

 
Jeudi 6 septembre
[10 h 20 - 12 h 10] 
semaine 36
Manuel pages 16 et 17
Importance des flux
(spectaculaire nomadisation et opportunisme des Humains)
et des foyers agricoles
(premières civilisations)


Deux informations
essentielles :

correlation entre
foyers de peuplement

et berceaux de l'agriculture ;
forte mobilité
des êtres humains


DEBAT PRELIMINAIRE

Définition de l'Histoire, caractère scientifique de la démarche, difficultés de vocabulaire.
Discussion sur le terme "Européen" et remarques sur ses acceptions variables.
Origine unique d'Homo sapiens, spécificité de l'histoire démographique française en Europe.
retour en haut de page

COURS
Reformulation du sujet :
Deux questions sont posées par le titre de la leçon ; Quelle est la proportion des populations européennes dans le total des êtres humains aux différentes époques ? Quelle est la responsabilité de l'Europe dans l'organisation des flux démographiques ?
Les Européens ont longtemps représenté 1/6ème des êtres humains, puis, aux XIXème siècle, ils ont pesé pour un quart de la population totale et émigré en masse, dominant par ailleurs économiquement et politiquement les autres continents.
Aujourd'hui, la part de l'Europe décline, non que sa population diminue, mais celle des autres continents "explose".

Prérequis : L'Afrique est le berceau de l'espèce (une autre hypothèse, chinoise, est encore soutenue par quelques généticiens , mais est infiniment peu crédible).
Jeudi 13 septembre
[10 h 20 - 12 h 10]

semaine 37

PRODUCTION GRAPHIQUE


retour en haut de page

Vocabulaire : Population, peuplement, Anatolie, Mésopotamie, Levant et "croissant fertile"


Allez dans la médiathèque pour télécharger la carte :

vers Mediategia
I - L' Europe dans le peuplement de la planète  ;  un rôle longtemps marginal mais devenu très notable à la fin de l'ère moderne et à l'époque contemporaine

1°) L'Europe et la conquête du monde par Homo Sapiens : un continent périphérique
Commentaire : L'Homme Moderne aparaît vers 200 000 avant notree ère et vient en toute probabilité d'Afrique ; il  ne parvient en Europe que bien après l'installation d'autres Humains (notamment, l'Homme dit de Neanderthal) qu'il supplante au bout de quelques milliers d'années de cohabitation et (vraisemblablement) de croisements...
2°) L'Europe et les premières civilisations : une terre conquise par des populations venues de l'Est
Commentaire :
L'Europe est l'un des quatre plus grands foyers de population existant dans l'Antiquité, avec l'Asie de l'Est (Chine) l'Asie du Sud (Inde) et la Mésopotamie (Irak). Dès avant l'an 3000 avant notre ère, elle fait partie des régions pratiquant l'Agriculture. Les populations de l'Europe se sont alors, la plupart du temps, sédentarisées et produisent des cultures brillantes (la civilisation Grecque, par exemple, émerge au cours du IIème millénaire).Cependant, ce phénomène n'est pas unique : il se produit aussi en Asie ou en Amérique centrale, ou dans la boucle du Niger, etc.  Les Européens "se civilisent" en outre avec un certain retard par rapport à l'Orient, et grâce à des apports commerciaux et migratoires incessants (l'agriculture, l'écriture, l'urbanisme sont ainsi importés).
Jeudi 20 septembre
[10 h 20 - 11 h 15]

retour en haut de page

Documents 3 et 4 page 35

Vocabulaire : l'industrialisation
(période de modernisation intense liée aux mutations de l'économpie entre 1815 et 1945) 

PRODUCTION GRAPHIQUE - suite
3°) L'Européanisation du monde à l'ère de l'industrialisation : une colonisation massive
Les Européens représentent, durant des Siècles, une proportion à peu près constante des êtres humains (environ 1 pour 6).  La population de l'Europe croît en effet au même rythme que la population du globe en général, ceci  jusqu'à la période industrielle....

Les progrès sanitaires et la modernisation provoquent une révolution et font que, vers 1900, la population de l'Europe représente un quart des habitants de la Terre. Par ailleurs, beaucoup d'Européens émigrent vers des pays ultramarins dits "pays neufs"... accentuant des flux plus anciens (vers l'Amérique, essentiellement) et renforçant la domination politique de l'Europe (colonialisme)
Heure de vie syndicale le 20/09 à 11 h 15
Absence du professeur ; pas de cours le jeudi 27 septembre
(encadrement d'une sortie de terrain dans le cadre de la mobilité entrante Erasmus+ C01)
Jeudi 4 octobre
[10 h 20 - 11 h 15]

semaine 40

 Vocabulaire :
migration, migrants

émigrés et immigrés
colons et pays neufs

COURS
La transition démographique

est une théorie expliquant l'explosion démographique (d'abord survenue en Europe, mais dont on a pu vérifier qu'elle avait eu lieu ou était en cours ailleurs, ce qui montre sa justesse).
Le régime prétransitionnel ou Ancien Régime démographique  [qui correspond à l'Ancien Régime politique en France] est une longue phase de stagnation (équilibre haut des taux). L'entrée dans le régime transitionnnel se fait par la chute brutale de la mortalité, tandis que la natalité, dans un premier temps, se maintient : c'est là le premier mouvement. Le second mouvement voit la natalité baisser à son tour et rejoindre la mortamlité stabilisée à un niveau bas. Le nouveau régime ou stade post -transitionnel caractérise aujourd'hui les pays développés du Nord et la Chine qui connaissent un équilibre bas des taux et une stabilité de la population. Les pays du Sud
(en développement) sont dans le second mouvement, sauf peut-être quelques PMA en core à la fin de leur mouvement accélérateur. L'Ancien Régime appartient quasiment au passé.


Vocabulaire :
Mouvement
Taux de Mortalité et de Natalité
 (nombre d'événements
pour 1000 habitants)
TAN
(Taux d'accroissement Naturel) obtenu par l'opération TM-TN
et Taux de Fécondité
(nombre de naissances
pour 1000 femmes
en âge de procréer)

Planisphère p 31
Une étude de  document.
Quels phénomènes
plus ou moins durables la

carte illustre-t-elle ?
émigration massive vers les pays Neufs (Canada, Etats-Unis, Mexique,mais aussi Sibérie, Australie, etc. et  du coup
domination économique et
culturelle européenne ;
distinction durable et racialiste sinon raciste entre descendants d'Européens et lespopulations  autochones ou natives
(ladinos/indianos)

retour en haut de page



Les pays neufs sont considérés (à tort) comme "vides" par les Européens, dont les colons vont les peupler en masse. Il s'agit la plupart du temps de pays tempérés, dont les premiers habitants sont ignorés, absorbés ou massacrés par les migrants, (même quand les relations ont été pacifiques à l'origine, elles se dégradent presque systématiquement).
.

On peut citer  notamment  l'Amérique du Nord, l'Australie, l'Argentine et le
"cône Sud" de l'Amérique méridionale...)  mais aussi le Brésil, seule nation de la zone chaude aujourd'hui encore peuplée très majoritairement par une population d'ascendance européenne.

Ces territoires sont perçus par les Européens pauvres ou persécutés comme des lieux idéaux pour "refaire" leur vie, être libres, faire fortune (des "ruées vers l'Or" s'y produisent, au Pérou puis en Californie ou au Yukon).

Même si ces population Européennes s'affranchissent rapidement des liens politiques les unissant à leur métropole, les nouveaux états souverains créés par les Européens participent du rayonnement de la civilisation européenne.

2 - L' Europe, un grand foyer d'émigration
Reformulation du titre
La révolution démographique observée à partir du XIXème siècle en Europe (aujourd'hui, décrite comme le début de "la transition") fait de ce continent la région la plus dynamique du monde et  lui donne alors les moyens humains de conquérir et peupler durablement  les "pays neufs'".
Les autres pays européens entament plus tardivement que la France leur transition, mais ils l'achèvent plus rapidement aussi (en France:  elle dure 140 ans environ, de 1800 à la seconde guerre mondiale, et ne débouche que sur le doublement des effectifs - ailleurs, l'explosion est plus spectaculaire). Les autres continents font leur transition au XXème siècle (L'Asie puis l'Amérique) et sont en train de l'achever ou en sont sortis au début du XXIème siècle (comme la Chine). Aujourd'hui, seule l'Afrique est encore dans la transition : les PMA ont seulement entamé le second mouvement, d'autres pays sont plus près d'atteindre le régime moderne (la fécondité baisse déjà partout en Afrique, ce qui confirme la vocation universelle du processus décrit et valide la théorie).
Le régime démographique traditionnel (pré-transitionnel) ne se rencontre plus que dans le cas de populations dites primitives et isolées, et plus aucun état n'est dans le mouvement accélérateur.


A - Une explication : le caractère précoce de la "Transition Démographique" européenne
Réalisation et analyse d'un graphique représentant les deux mouvements de la Transition démographique
(une révolution des moeurs liées aux évolutions politiques et économiques).
RESUME
Une explosion démographique : un millard d'habitants en plus entre 1850 et 1945 !
Baisse initiale de la MORTALITE mais maintien de la NATALITE qui est très haute, du coup hausse des effectifs car le SOLDE NATUREL est élevé (premier mouvement). Après un retard (car la FECONDITE ne baisse pas immédiatement, puis n'a pas avant un délai d'effet sensible sur la NATALITE vu le grand nombre de femmes jeunes dans la population)  la MORTALITE se stabilise à u niveau bas, proche de celui de la NATALITE qui, après s'être effondrée, se stabilise également.
Cette évolution est d'abord observée en Europe (la Transition s'amorce en France dès la fin du XVIIème siècle : elle dure 150 ans mais ne permet que le doublement de la population, mais est souvent plus courte et plus spectaculaire ailleurs. Des observateurs ont l'intuition dès le début du XXème siècle que cette évolution se prooduire en dehors d'Europe, mais avec retard.
Le gonfflement extraordinaire du TAN explique que les Européens aient l'impression d'une "surpopulation" de leur copntient. Dans le reste du monde, avant le XXème siècle, la transition n'a pas commencé et les effectifs sont stables.






retour en haut de page

B - Une conséquence : le départ pour l'outre-mer de millions d'Européens et une domination spectaculaire du monde aux XIXème et XXème siècle

COURS
L'européanisation est un terme désignant à la fois la très  forte émigration de "blancs" (Européens "de souche") s'intallant de manière permanente outre-mer durant un siècle, mais aussi un phénomène de colonisation politique parallèle, ainsi que la diffusion mondiale et durable de leurs cultures par les Européens (langues impériales, missions, etc.) convaincus à l'époque de leur supériorité et jouissant de deux avantages: une croissance démographique  forte (quand les "races indigènes" sont décrites comme "mourantes") et l'avance scientifique et technique procurée par la "révolution industrielle". Mais les colonies de peuplement peuvent être des pays indépendants (Argentine, Etats-Unis, etc.) alors que de nombreuses colonies politiques  ne reçoivent pas d'immigrants venus de la métropole (Sénégal,Côte d'Ivoire ou Nigéria).

<<suite
Jeudi 4 octobre
[11 h 15 - 12 h 10]

semaine 40


Surtout, la famille-souche pyrénéenne encourage les enfant surnuméraires à partir faire fortune ailleurs, et les obligations militaires (le service, ou la guerre) incitent durant tout le XIXème siècle et le début du XXème les jeunes gens à partir, pour échapper à la conscription.
Les Basques de France sont, de plus, plutôt bien reçus dans leur destinaiton de prédilection, l'Amérique ibérique, qui recherche des colons catholiques et culturellement proches de la civilisation espagnole.
Ceux qui réussissent reviennent parfois ; ce sont des "Amerikanoak" qui plantent un palmier devant leur maison, introduisent le maïs ou le piment en France, donnent le goût de l'expatriation à leurs voisins.

retour en haut de page

C – La France, un cas très particulier en Europe ; Le Pays Basque, un cas très particulier en France
Carte page 30
COURS
La France est le seul pays en Europe à être tout à la fois, au XIXème siècle, un pays d'émigration (celle-ci est d'ailleurs assez faible, malgré la conquête du plus vaste empire colonial après celui de la Grande-Bretagne) et d'immigration (la France fait parfois figure de "melting pot" et est comparée sur ce plan aux Etats-Unis).
C'est que, dès la fin du XVIIIème, siècle la fécondité française diminue, bien plus tôt qu'ailleurs et sans doute en lien avec la déchristianisation et le souci qu'ont les parents de garantir à leurs enfants une certaine aisance matérielle ; la natalité chute donc dans les faits en même temps que la mortalité fléchit (alors que, selon la théorie de la transition démographique, il devrait y avoir un décalage chronologique entre les deux phénomènes). Le retard de l'âge au mariage et de grands intervalles intergénésiques (liés notamment à l'allaitement tardif) pourraient expliquer, parmi d'autres pratiques, cette baisse de la natalité très précoce.
Au Pays Basque,  ainsi qu'en Béarn et contrairement au reste du pays, l'émigration est massive. On peut l'expliquer par le caractère entreprenant des pêcheurs, marins et armateurs Basques, qui participent (avec les Bretons et les Normands) aux premières explorations lointaines en Atlantique dès les XVIème et XVIIème siècle  (vers l'Afrique, le Brésil mais plus encore l'Amérique du Nord où il sont nombreux en Nouvelle-France et Louisiane). Mais aussi à une pauvreté relative de ces territoires : qui subissent encore des épidémies de choléra en plein XIXème siècle.
<suite

Vendredi 6 octobre
[11 h 15 - 12  h 10] Groupe 2
ou
[12 h 10 - 13 h 05] Groupe 1



TRAVAUX DIRIGES n°1 - TD1H
METHODE DE L'ETUDE DE DOCUMENT
étude d'un extrait de film : A l'Ouest du Missouri

RESUME
Les Etats-Unis, un exemple de pays neuf ; une présence française très ancienne en Amérique du Nord ; des Français du Nord (Bretons et Normands) mais aussi de nombreux Basques et Béarnais ; une proportion toutefois  marginale par rapport au nombre total des migrants (Anglo-saxons puis méditerranéens, slaves, etc.)

retour en haut de page

Vocabulaire pour préparer le Devoir à rendre le 12/10 : explication des pics de surmortalité et des crises de subsistance
POUR LE 12 OCTOBRE :


COMPAREZ LES
graphiques 3 et 4
page 23


UTILISEZ LES TERMES
pics de surmortalité

et
crises de subsistance

retour en haut de page

Tenez compte du fait que les curés
ont obligation de tenir un registre
de baptêmes et
de décés fiable
depuis François 1er
et que l'unanimisme religieux caractérise la plupart des régions françaises jusqu'à la Révolution.
Tout le monde est
donc baptisé, marié
et enterré à l'Eglise...

TRAVAIL PERSONNEL TP1H
CONSIGNES

1°) Recopiez dans votre cahier le cours ci-dessus correspondant à
 la fin du chapitre (2C) daté du  4 octobre

2°) Faites l'étude des documents de la page 23 en suivant la consigne :
"Expliquez en quoi  ces graphiques nous permettent de comprendre les évolutions démographiques du vilage d'Auneuil et vérifier si les observations faites dans cette localité correspondent à ce qui est censé se passer en France selon la théorie de la transition démographique".

INTRODUCTION : NATURE - AUTEUR - CONTEXTE - PROBLEMATIQUE (reformulation de la question posée)
DEVELOPPEMENT ;
comparez la hauteur du graphique à celle du graphique B et dites ce que l'on peut en déduire quant à l'intensité des crises démographiques. Expliquez cette différence et situez là dans le temps en vous appuyant par exemple sur la page 22 (mais sans la citer car elle représente "vos connaissances personnelles").
Comparez la fréquence des crises dans la période illustrée par le graphique à la fréquence des crises  dans le graphique b et commentez vos observations.
CONCLUSION : INTERÊT - PORTEE
dites si Auneuil montre bien la transition française et rappelez les particularités de celle-ci, indiquez la durée et le résultat de la phase transitionnelle (l'addition des deux mouvements) en France et caractérisez-la
.

 Pas de cours le jeudi 11 octobre (mobilité sortante Erasmus+ R2)
Vendredi 12 octobre
[10 h 20 - 12 h 10]

rappel :
les consignes sont en ligne, sur Google+
(collection RAVEL 2018-2019)
DEVOIR SURVEILLE n°1 DS 1HG
Une étude de document(s) à choisir parmi deux propositions
Le développement durable en ville OU la transition démographique

retour en haut de page

10,0

 Dix heures dont deux heures d'évaluation
CHAPITRE II

« LE PRIVILEGE
DE LIBERTE »
(F. Jacques)
 L'Invention de la citoyenneté dans
l’Antiquité : ATHENES ET ROME


Jeudi 18 octobre
[10 h 20 - 12 h 10]

Vème et IVème siècles avant notre ère ; trois pemiers siècles après JC

L'invention de la Citoyennté dans l'Antiquité

La photographie de couverture du Manuel : reconnaître Périclès, l'incarnation de la Démocratie : un général (la fonction de stratège est l'une des rares obtenues par élection, car les magistrats athéniens sont plus souvent tirés au sort.

Deux décors de vases  
pages 46 et 47


retour en haut de page 

Vocabulaire : être citoyen, dans l'Antiquité comme aujourd'hui, c'est être membre d'une Cité, donc être soumis aux Lois de cette cité (et par conséquent être un individu responsable, puisque la Loi est une règle faite par les citoyens  - dans le cas d'une démocratie directe comme celle  existant à Athènes - ou par  ses représentants).


VOIR DANS LA MARGE DE GAUCHE LE DETAIL DU COURS CORRESPONDANT A L'ETUDE DE DOCUMENTS FAITE EN CLASSE DONT LE PLAN APPARAÎT CI-CONTRE  :
semaine 42

INTRODUCTION

Définitions préalables : un privilège (une dérogation à la Loi commune), une élite (un petit nombre, une minorité favorisée ou supérieure), un modèle (un exemple). 
Reformulation : la Citoyenneté, c’est-à-dire la Liberté complète, n’est jamais dans l’Antiquité qu’une exception à la règle, les Athéniens en ont par ailleurs une conception fermée (Droit du Sang) alors que Rome est plus généreuse…
 

Problématisation : En quoi Athènes et Rome sont-ils les berceaux présumés de nos régimes démocratiques modernes ? (égalité entre citoyens athéniens, mais démocratie directe ; extension du droit de cité dans tout l'empire romain, mais dictature de fait exercée par l'empereur).

Repères chronologiques : Le programme suggère d'étudier Athènes aux Vème et IVème Siècles av. JC, et Rome du Ier au IIIème Siècle
ap. JC. Cependant c'est le siècle de Périclès qui est le principal objet de ce chapitre. A cette époque et en ce lieu fût inventée la première démocratie

1 – Une étude de documents : La citoyenneté et la défense de la démocratie

CONSIGNE : Vous direz en quoi ces documents, dont vous préciserez la nature et l'origine, donnent une bonne représentation de ce qu'est la Cité dans l'Antiquité.
A - Introduction

B - Conclusion

Pour le développement, voir plus loin dans le cours.


Le commentaire portera sur la défiition de la citoyenneté et l'importance du service militaire et du vote.... Il faudra rappeler que les magistratures sont pour la plupart tirées au sort !
VACANCES D'AUTOMNE
DU 19 OCTOBRE AU 5 NOVEMBRE

Pas de cours en semaine 45
(mobilité sortante Erasmus+ C2)
Jeudi 15 novembre
[10 h 20 - 11 h 15]

semaine 46

<< Cartes pp 48-49

le vocabulaire de la cité en Orient et en Occident
cité
Grecque / La Polis
cité Romaine / La Civitas
peuple Le Demos le Populus
ville L'Asty L'Urbs
campagne La Chora L'Ager
place centrale L'Agora Le Forum
assemblée du peuple L'Ecclesia Les comices
conseil gouvernant la cité La Boulé La  curie (curia, ou le Sénat, à Rome)
conseillers Les bouleutes Les décurions
(ou Sénateurs à Rome)
régime de la cité La Politeia La Res Publica


PLAN DU COURS (CI-CONTRE)
Les Grecs ou Hellènes : qui sont-ils ?
La culture  hellénique : une civilisation complexe
Un monde de cités dans et autour de la Méditerranée (situation au Vème siècle) : certaines cités (dites métropoles) fondent des colonie, indépendantes mais alliées et partageant les mêmes cultes
2 – La cité : une manière de vivre propre aux Grecs et aux Romains ?
Les deux peuples ont prétendu être les seuls "civilisés" (hommes libres) mais l'affirmation est criticable...

A – Le monde Grec, berceau de la cité (Les Hellènes et l’Hellade
) 
)   
COURS

Les Hellènes
(Grecs en Latin)  sont d'abord unis par la langue
, quoiqu'ils pratiquent des dialectes divers (rangés essentiellement en deux familles : le Dorien, parlé notamment à Sparte, et le Ionien, langue des Athéniens et de leur ancêtre mythique, Ion).
Ils cultivent le blé, base de leur alimentation, et sont aussi des viticulteurs, qui produisent et consomment par ailleurs des quantités énormes d'huile d'olive

Les Hellènes ont des valeurs communes
; ils connaissent notamment par coeur les récits d'Homère (L'Iliade et l'Odyssée, qui font référence à l'existence ancienne de royautés grecques, totalement disparues au Vème Siècle, la période "classique" de l'Histoire grecque vue comme un apogée de leur civilisation) et, s'ils pratiquent des cultes propres à chacune de leur cité, ils ont aussi des sanctuaires communs à l'ensemble des Grecs (par exemple l'oracle de Delphes : la Pythie) de même que de grands concours sportifs les réunissent tous (ces lieux de rassemblement de tous les Hellènes sont dits "panhelléniques"). Tous les Grecs vivent en cités, sauf quelques petits peuples de langue hellénique sans gouvernement (mais qui sont unis par des cultes communs) et qu'on appelle des "ethnies".
(nourriture, enduits pour les corps, éclairage). Ce sont souvent des marins, bien qu'ils ne s'éloignent guère des côtes... et ils ont essaimé sur tout le pourtour de la Méditerranée
.

Les cités grecques participent d'une même civilisation mais elles peuvent avoir des coutumes sensiblement différentes (à Sparte, par exemple, les femmes peuvent hériter, témoigner en justice et peser sur la vie politique ce qui est impossible aux Athéniennes les citoyennes de Sparte participent aux exercices physiques et militaires et adoptent volontiers une tenue dénudée, "inconvenante" aux yeux des Athéniens, dont les femmes et filles sont beaucoup moins libres de leurs faits et gestes).

Le monde Grec (Hellade) c'est l'ensemble des cités grecques : on en compte à peu près 1000 au VIème Siècle, dont la plupart (environ 700) sont égéennes (parmi ces dernières beaucoup se trouvent  en Ionie, sur les côtes méditerranéennes d'Asie, devenue (beaucoup) plus tard la Turquie, d'autres en Italie ou même en Gaule, comme Marseille, colonie phocéenne). Seules quelques cités ne sont pas dotées d'un territoire minuscules : notamment deux "géantes", la cité des Athéniens (2650 km²), ou bien encore  la cité des Lacédémoniens (c'est-à-dire pour nous "Sparte", d'après le nom de son agglomération principale) qui est la plus vaste cité grecque, l'une des rares, par ailleurs, à ne pas se trouver en position insulaire ou littorale.
Jeudi 15 novembre
[11 h 15 - 12 h 10]

Photographie page 35 : les fonctions urbaines de la cité grecque d'après l'exemple de l'acropole d'Athènes

retour en haut de page

Les Colonies

Quand une cité a un excédent de population, elle envoie une expédition fonder une nouvelle cité appelée colonie, dont les habitants conservent des liens de famille et des cultes communs avec la cité d'origine, appelée métropole, mais qui constitue devient normalement une cité indépendante de la patrie d'origine des fondateurs.

B – La Polis (cité en Grec) :  une organisation originale

COURS

 B1 La cité est  un état de forme particulière (car les lois de cet état  sont faites par le Peuple, c'est-à-dire ceux des habitants qui sont citoyens) , mais ce n'est que très rarement une démocratie, car les citoyens des cités antiques ne sont pas, normalement, égaux entre eux.
Au contraire, parmi les citoyens, une minorité bien née (aristocratie) ou très fortunée (ploutocratie) accapare souvent l'essentiel du pouvoir ; dans d'autres cas la cité s'en remet au gouvernement d'un homme seul (tyrannie).


B2 Par ailleurs les citoyens sont une minorité d'hommes libres dans leur propre cité, par rapport à la masse des esclaves et des "étrangers" non citoyens. Les Grecs (et plus tard les Romains) se voient pourtant comme un peuple d'élite du fait que les citoyens sont des hommes libres, obéissant à des Lois qu'ils ont fixé par eux-mêmes, supérieurs de ce point de vue aux "Barbares"  (littéralement, ceux qui ne parlent pas le Grec) soumis à des  rois, ce qui est jugé comme déshonorant.

Jeudi 22 novembre
[10 h 20 - 12 h 10]

Les Magistrats
Au Vème siècle tout citoyen  peut être élu ou, plus fréquemment, tiré au sort pour exercer une fonction dans la cité, au nom de ses concitoyens. Il est alors Magistrat, désigné pour un an et mettant sa propre fortune à disposition. Comme plus tard à Rome, on vérifie chez les Athéniens que le citoyen tiré au sort est idoine (il a la compétence ou la qualité requise) et suffisant (assez riche pour payer les frais liés à sa charge).


Les Métèques
Ces " étrangers" à la loi de la cité  sont officiellement des immigrés ou des résidents non citoyens : le terme a  pris une connotation très péjorative en Français (comme celui de mesquin, catégorie équivalente chez les Babyloniens) alors qu'il n'est pas forcément injurieux
.  En fait, beaucoup de métèques ne sont pas réellement des étrangers ; il s'agit souvent de  personnes qui pour diverses raisons, ont été exclues de la citoyenneté, laquelle s'acquiert presque uniquement par  filiation, à Athènes comme dans la plupart des cités.  Les métèques sont pratiquement  tous des Grecs et non des barbares.


Le plan des villes romaines (chefs-lieux des cités) est toujours le même : deux axes, le cardo et le decumanus, se croisent à angle droit sur le forum. Une salle polyvalente (dite basilique) abrite le marché aussi bien que le gouverneur quand il rend la justice au nom de l'empereur. Des aqueducs amènent l'eau en ville et permettent d'alimenter de nombreuses fontaines publiques, voire quelques maisons prvivilégiées. Des thermes publics et privés attestent le raffinement d'une société qui réserve le travail aux esclaves et aux pauvres.
Mais la cité romaine n'est pas indépendante : elle est gouvernée par l'empereur de Rome et ses lois.
semaine 47

B3 Dans toute cité, on trouve une assemblée des citoyens (ecclesia) et un centre urbain comprenant une place servant de marché, de lieu de réunion et de procession (l'Agora).
Les fonctions urbaines détenues par le chef-lieu de la cité permettent de formuler des hypothèses pour expliquer pourquoi cette forme nouvelle de vie en société (avant laquelle les Grecs ont apparemment connu des régimes monarchiques) s'est constituée : rôle cultuel (attesté par temples et sanctuaires) et militaire (murs de l'acropole) mais aussi fonctions commerciales et politiques, dans un ordre discuté, et peut-être différent selon les cas ?
La polis est toujours désignée d'après le nom des citoyens, jamais par celui de la ville principale. Elle associe toujours un territoire urbain à une périphérie rurale.

Les citoyens de la ville autant que ceux  de la campagne gouvernent la cité ; les uns comme les autres administrent ensemble le territoire et donnent des lois à toute la population. 

retour en haut de page

C – La Civitas (cité en Latin) :  "reflet de l'Urbs" dans les provinces

COURS


Les Latins sont à l'origine un peuple assez obscur d'Italie centrale, coincés entre de brillantes civilisations : au Nord les Etrusques, et les Gaulois cisalpins, et au Sud les Hellènes de  Grande-Grèce.
Mais Rome, la Ville aux 7 collines (chiffre sacré) est une puissance militaire. La cité fondée selon la Tradition en 753 av JC,  finit par conquérir l'Italie, totalement soumise vers 200 av JC, puis le monde méditerranéen (suite aux entreprises de César, mort en 78 av JC, et au règne du premier empereur, son héritier Octave devenu "César Auguste").

Rome domine dès lors le monde Grec (donc les cités helléniques ou hellénisées) et  fonde, là comme ailleurs dans son empire, des colonies nouvelles ; les autochtones s'efforcent de copier le style urbanistique et le mode de vie de l'Urbs, inégalée par sa dimension, sa richesse et son rayonnement ; mais les Romains continuent de prendre modèle sur les institutions de la cité grecque (et ils emploient d'ailleurs la langue grecque pour administrer la partie orientale de leur empire).
Chaque cité de  l'empire rend un culte à la déesse Rome mais encore au génie de l'empereur vivant et  à ceux des empereurs morts qui ont été divinisés (selon que le sénat a voté leur "apothéose" ou qu'il a préféré condamner leur mémoire).


<<SUITE
FIN DU PREMIER TRIMESTRE LE 28 NOVEMBRE
Jeudi 29 novembre
[10 h 20 - 12 h 10]
semaine 48

Reformulation :
les Athéniens entendent dominer le monde Grec. Ils  emploient la force militaire pour imposer le système démocratique à leur voisin et conquérir une empire égéen. Ce bellicisme est justifié à leurs yeux par leur conviction d'être un modèle admirable.
La démocratie est en effet, pour une majorité d'Athéniens et notamment le stratège Périclès, un régime exemplaire, qu'ils sont les seuls à incarner

retour en haut de page

UNE CONSTITUTION ORIGINALE DUE A TROIS GRANDS HOMMES LEGENDAIRES

Les réformes de Dracon (premières lois écrites en 621, et distinction entre homicide involontaire et volontaire) Solon (594-593 : interdiction de la réduction en esclavage pour dette, création de l'Héliée et probable répartition des citoyens en 4 classes) et Clisthène (508) fondent l'isocratie. C'est là du moins ce que les Athéniens croient au Vème siècle...

retour en haut de page

QUESTIONS POSEES EN CLASSE

1. Evaluez l'importance numérique des citoyens à Athènes  d'après le doc 5 p 63.
2. Expliquez pourquoi l'on dit que la conception de la citoyenneté parl es Athéniens est "fermée" d'après les documents 1 et 4 des pp62 et 63
3. Identifiez (et corrigez) l'erreur faite par le Manuel à propos de la réforme de Clisthène (p62)

retour en haut de page

TABLEAU DU NOMBRE DES CITOYENS ATHENIENS
document 5 page 63

Textes sur l'acquisition de la citoyenneté
pp 62-63 (doc 1 et doc 4)



Téléchargez
UN SCHEMA sur le rôle central du citoyen dans la constitution athénienne et une fiche biographique sur Périclès 


C - "C'était le gouvernement d'un seul homme" : une cité soumise à l'influence d'un orateur hors du commun, créateur d'un véritable empire égéen
Constamment réélu stratège de 443 à 429, Périclès est un orateur exceptionnel  exerçant son ascendant sur l'ecclesia et animant le parti démocratique athénien qu'il pousse à bâtir un empire.
2. Le Siècle de Périclès : Les Athéniens au Vème Siècle
( une cité impérialiste)

 A - Une démocratie élitiste : peu de citoyens,  une égalité devant la loi très originale (isonomie)
COURS
Au Vème siècle existe un régime démocratique que les Athéniens semblent faire remponter à l'action de trois grands réformateurs. Dracon et  Solon sont censés avoir interdit la réduction en esclavage pour dette des citoyens et  imposé la publicité des lois, de même que la justice, d'abord réservée à l'Aréopage (constitué de grandes familles) est devenue l'affaire du Tribunal du Peuple (Héliée), Clisthène aurait parachevé l'oeuvre en divisant la population en dix tribus et le territoire en trente dèmes. L'un des fondements de l'égalité entre citoyens reposerait sur l'organisation du recrutement de chaque tribu. La tribu est en effet divisée en trois sections (ou trittyes) correspondant chacune à un ou deux dèmes pris dans les trois secteurs géographiques différents : en ville (l'asty) sur les côtes (la paralia) ou dans l'intérieur (la mésogée). Le service militaire, les cérémonies cultuelles et toute la vie civique s'organisent en fonction du dème (dont on porte le nom) et de la tribu. Chaque tribu tient compte des intérêts de toutes les catégories d'habitants et regroupent des citoyens vivant éloignés les uns des autres.  Ce système épargne aux citoyens modestes d'avoir à subir la pression des puissants et à la cité des tensions entre les différents régions de son territoire.
La limite de la démocratie réside principalement dans le fait que des considérations de fortune ou le manque de compétence peuvent détourner un citoyen tiré au sort d'exercer une magistrature, pourtant accessible à tous en principe. Mais, en contre-partie, les riches acceptent sans rechigner d'exercer des magistratures non rémunérées et même coûteuses (appelées des liturgies) comme ils ont aussi l'habitude de faire des cadeaux à la cité, se comportant  en généreux donateurs (evergètes) dont les bienfaits leur valent une grande popularité.
Les citoyens sont égaux devant la loi et représentent au moins 40 % du nombre total des habitants durant la première moitié du Vème siècle, à l'apogée de la démocratie et de l'empire athénien. Plus tard, alors que la population totale décroît du fait des guerres et de la peste, la proportion de citoyens diminue aussi : sans doute par l'effet de mesures excluant du corps civiques les plus humbles, alors que le régime de la cité n'est plus une démocratie.
La qualité de citoyen repose sur la naissance (c'est le droit du sang ; il est u contraire très exceptionnel pour les Athéniens d'offrir la citoyenneté à quiconque est né ailleurs. pour cette raison, il est important de montrer, dans son dème, ses enfants nouveaux nés. Des procès peuvent en effet avoir  lieu quand on doute du statut juridique d'un citoyen, voire de celui de sa mère ! Dans ce cas, le témoignage des voisins est requis.
Périclès aurait fait modier la loi pour la rendre plus sévère, réservant la citoyenneté aux enfants nés de deux citoyens. Peut-être s'agissait-il de protéger ses fils, nés d'une étrangère, de la jalousie de leurs concitoyens ?

 

B - Une démocratie directe : des magistrats mandatés par l'eccesia (assemblée des citoyens) et souvent tirés au sort
COURS
Le citoyen vote la loi, mais par ailleurs il en discute et est également à son initiative. Il l'interprète (en tant que juge) et l'applique comme magistrat : il ne délègue donc  pas ses pouvoirs à une assemblée quelconque ou à des fonctionnaires de l'Etat mais au contraire est au service de l'assemblée (ecclesia) qui est l'émanation du peuple (Démos). Lorsqu'il vote, par exemple pour désigner certains magistrats comme les dix généraux (stratèges) commandant l'armée ou pour bannir (ostraciser) tel ou tel personnage influent,  le secret de son vote est garanti, ce qui lui permet de ne  risquer aucune représailles de ses adversaires.
Elu ou désigné comme magistrat, le citoyen athénien ne reste en poste la pupart du temps  qu'une seule année et ne peut être reconduit immédiatement dans ses fonctions. Cela permet  de vérifier l'honnêteté du magistrat sortant. Ce système reste en vigueur dans toute l'Antiquité ; le fait d'exercer une seconde fois une même magistrature est un signe de la confiance des citoyens envers le magistrat et l'indice d'un grand prestige.
Le citoyen réel est l'homme capable de porter les armes (le citoyen est aussi un soldat : esentiellement un fantassin ou "hoplite") et le membre de l'ecclesia exerçant effectivement son droit d'y participer. Les femmes et enfants des citoyens n'ont pas le droit de voter ni de siéger à l'assemblée du peuple mais ils sont de condition libre ce qui n'est pas le cas des métèques (des étrangers au droit de la cité : soit des immigrés, ou bien - beauxcoup plus souvent - des Athéniens trop pauvres pour figurer sur les listes de citoyens).
L'intégration dans la cité des non citoyens et de la population féminine passe par la vie religieuse (les panathénées, par exemple). On sait que femmes, métèques et esclaves sont de facto mobilisés en cas de conflit durable et majeur et servent la patrie avec dévouement.


POUR LE 6 DECEMBRE :

DOCUMENT 1
page 24
"La constitution d'Athènes selon Périclès"
TRAVAIL PERSONNEL TP2H
CONSIGNES
1°) Répondez aux deux questions du manuel  page 54
2°) N'oubliez pas d'introduire dans vos réponses un commentaire du document, c'est-à-dire des réflexions et informations qui ne figurent pas dans celui-ci. La définition de la démocratie donnée ici  est-elle complète ? Quel élément de la définition proposée est le plus important et pourquoi ? Que montre l'insistance de l'orateur à présenter tous  les avantages de la démocraite ?
Jeudi 6 décembre
[10 h 20 - 12 h 10]

semaine 49

retour en haut de page 

Une stasis : le conflit latent entre, d'une part les ruraux (et les aristocrates)  et, d'autre part, les représentants de la plèbe urbaine empêche la concorde nécessaire au bon fonctionnement de la Démocratie ; le parti démocrate est désemparé après la disparition de Périclès et ses chefs de file sont séduisants mais incompétents (comme Alcibiade) ou dépourvus de prestige social (Cléon) ; les Athéniens ont été  vaincus par les Lacédémoniens (Sparte)  et la cité, très affaiblie, est  peu à peu soumise à l'influence du royaume de Macédoine, comme toutes les cités grecques.

Correction rapide TP2H

3. La fragilité des tendances démocratiques dans les cités antiques : l'exemple des Athéniens au IVème Siècle et de l'évolution du principat à Rome
A - Le déclin des Athéniens et la crise de la démocratie en Grèce après la mort de Périclès
< COURS
B - Rome : une cité sans démocratie devenue un empire sans électeurs...
[notes de culture générale, voire marge de gauche]
C - Rome, une citoyenneté galvaudée ? L'édit de Caracalla en question

COURS
Après l'assassinat de Jules César, qui a conquis la Gaule et écarté son rival Pompée, et souhaitait transformer les institutions de l'état (devenu trop vaste pour être dirigé comme une petite cité classique) son fils adoptif et neveu , Octave, instaure, après une longue guerre civile,  le principat. Désormais, les principales magistratures sont réunies entre les mains d'un seul, à la fois" imperator caesar" (général en chef et successeur de Jules César) et "Auguste" (nom pris par Octave pendant son règne et porté ensuite par tous les empereurs) mais également consul (chef de l'Etat et des armées) et proconsul ( gouverneur des provinces extérieures) détenant en outre les pouvoirs du censeur, agissant comme chef de la réligion romaine ("garnd pontife") et dit par ailleurs "père de la patrie".  L'empereur est aussi salué d'après les principales victoires militaires de son règne et joue le rôle de tribun du Peuple (l'armée lui jure fidélité chaque année et l'on compte à cette occasion le nombre de ses "puissances tribuniciennes", en clair ses années de règne).
Dès le règne d'Auguste, la principale tâche des empereurs est la défense des frontières de l'empire plutôt que la conquête de nouvelles provinces.
POUR LE 13 DECEMBRE :


PISTES POUR LE DEVELOPPEMENT
1. Quel est le rôle de l'empereur d'après ses titres ?
2. Qui sont les pérégrins ?
3. Quel rapport Caracalla entretient-il avec les Dieux (Question 4 page 87)
4. Quelles sont les motivations de Caracalla ? (d'après les questions 5 et 7 du livre, page 87)
5. Quelle critique peut-on faire du texte ? (voir doc 5 p87)


AIDE A LA CONCLUSION
Il faudra rappeler l'intérêt du
document et sa portée...
Notamment son effet sur le recrutement militaire (voir Wikipedia) ou la simplification administrative (d'après le juriste Ulpien). Le désir d'unification religieuse de Caracalla est-il atteint ?
TRAVAIL PERSONNEL TP3H
ETUDE DE DOCUMENT
texte 4 page 87


LA CONSIGNE
"En quoi l'édit de Caracalla montre-t-il que l'empire romain (en 212) a une conception
de la citoyenneté plus ouverte que celle de la cité des Athéniens (au Vème siècle avant Jésus-Christ) ?"



CONSEILS POUR L'INTRODUCTION
Nature du document :
cherchez ce que sont un édit, une constitution impériale
Auteur :
dites qui est Caracalla, et qu'est-ce qu'un empereur romain
Contexte : utilisez le manuel (cartes pp 78-79) pour dire ce qu'est l'empire romain et évoquez éventuellement la biographie de Caracalla
Problématique : reformulation de la consigne 

Remarques sur le surnom de l'empereur et son nom officiel (deux prénoms : imperator caesar, les titres d'Auguste, Père de la Patrie, Grand Pontife...) .
Jeudi 14 décembre
[10 h 20 - 12 h 10]

Voir aussi
Dion Cassius et la critique de la politique fiscale de l'empereur :

texte 2 page 86
TRAVAUX DIRIGES n°2 - TD2H
CORRECTION DE QUELQUES ETUDES DE DOCUMENT
dont "L'édit de Caracalla"

Lecture du texte et explication des circonstances (Caracalla est un fratricide ; il prétend que sa victime, Geta, complotait contre sa propre vie... mais que les Dieux l'ont préféré, lui). Synthèse après débat oral : le texte accorde la citoyenneté à tous les habitants de l'empire : ils deviennent romains même si, par ailleurs, ils restent citoyens de leur petite cité ("comme un citoyen européen reste un citoyen Français, par exemple"). Les déditices, peuples vaincus, n'appartiennent plus à aucune cité locale...
Un effet pervers de l'édit : il aurait découragé les provinciaux de se faire soldat (avant cet édit c'était là le moyen traditionnel d'accéder à la citoyenneté romaine).

Vendredi 21 décembre
[10 h 20 - 12 h 10]
DEVOIR SURVEILLE n°2 DS 2HG
Deux études de document(s) choisies librement parmi quatre propositions OU des questions de cours et une étude sur la Démocratie athénienne

La mobilisation des ressources OU l'invention de la citoyenneté

14,0

Quatorze heures de cours dont quatre heures d'évaluation
VACANCES DE FIN D'ANNEE
DU 21 DECEMBRE AU 7 JANVIER
CHAPITRE III

« LE  TEMPS DES CATHEDRALES »
(Georges Duby)
 
DEUX ASPECTS DE LA CIVILISATION MEDIEVALE 

 




CHAPITRE  SUIVANT

Jeudi 8 janvier
[10 h 20 - 12 h 10]

XIème-XIIIème siècles
La Chrétienté médiévale ; Société et cultures urbaines 

1453 L'élargissement du monde

INTRODUCTION :
définitions du Moyen Age
(Brain storming)
une économie agricole, une société violente, un pouvoir militaire et religieux, des maladies et des pauvres...
Illustration représentant l'île de la cité au Moyen Age (à Paris). La société féodale décrite dans les manuels correspond seulement aux régions entre Seine et Rhin. Au Sud du Poitou, par exemple on ne trouve guère de chevaliers, et tous les tournois ont lieu en île de France (où viennent "jouter" même les chevaliers Anglais)

La période va de 476 (fin de l'empire romain d'Occident) à 1453 (chute de Constantinople et fin de l'empire romain d'Orient, dit "byzantin" par les Historiens). A compter de 1453, Moscou devient la "troisième Rome" . Une autre date est parfois avancée pour clore la période : 1492 (à cette date, Colomb débarque en Amérique, mais aussi :  les rois d'Espagne achèvent la Reconquista et chassent les Juifs et les Musulmans)

retour en haut de page

Lancement :
film "Le seigneur de la guerre"


semaine 2

Châteaux, murailles et cathédrales dites"gothiques" sont  les constructions emblématiques du Moyen Age (une période très longue, coincée entre Antiquité et Ere Moderne - mais aussi un terme longtemps péjoratif, raison pour laquelle ou dira "médiéval" et jamais moyenâgeux pour se référer à ce passé)

LA CHRISTIANISATION DE
L’EUROPE OCCIDENTALE 
DU XIème au XIIIème SIECLE
et

LA CHUTE DE CONSTANTINOPLE 
EN 1453

Explication des deux thèmes imposés par le programme

- En principe, christianisation signifie évangélisation, conversion (de populations non chrétiennes) au christianisme. En l'occurence, entre les XIème et le XIIIème siècles il s'agit plutôt de désigner la réforme de l'Eglise et de la société.  L'Eglise va tenter d'imposer des moeurs plus chrétiennes (monogamie, exogamie) et plus pures (célibat des prêtres, chasteté, trêves de Dieu, etc.).
La Chrétienté occidentale
(catholique) est dite "latine"  en raison de sa langue, et son chef est le pape. Depuis 1054, les chrétiens de l'Est (orthodoxes, souvent de langue grecque) sont séparés de Rome, et obéissent à des patriarches - notamment celui de Moscou, pour les Russes et d'autres peuples - plutôt qu'aux papes  (c'est la "déchirure de la robe sans couture" du Christ) : un schisme (car  la querelle porte sur l'autorité et non sur le dogme, alors que dans les hérésies le désaccord porte sur les croyances). La longueur de la séparation a depuis lors introduit de grandes différences pratiques entre les deux chrétientés (les curés ne se marient pas mais les popes, si ; les catholiques jouent de la musique dans leurs églises mais les orthodoxes chantent, etc.).

- La chute de Constantinople, prise d'assaut par les Turcs Ottomans (et devenue ensuite Istanbul) permet le triomphe d'un empire musulman. Mais l'état Ottoman est tolérant (les juifs chassés d'Espagne, mais aussi de nombreux chrétiens, sont invités par le sultan à venir vivre dans sa capitale).

1 – Des seigneurs et des serfs ? 

Peut-on dire que la société est divisée entre, d'une part, les chevaliers  propriétaires de domaines et, d'autre part,  les paysans misérables et attachés à la terre, dont le nom dérive du latin servus (esclave)?

La réponse à cette problématique sera négative, puisque émergent aux XIème et XIIIème siècle deux groupes dynamiques : les paysans libres et les bourgeois (habitants des ville), et que l'Eglise met en avant une vision ternaire de la société.

D'aure part le monde féodal tel qu'il est décrit habituellement (notamment, la chevalerie, les fiefs, le droit coutumier, n'existent vraiment entre le XIèm et le XIIIème siècles qu'entre la Seine et le Rhin. Dans le Sud (et notamment les pays d'Oc en France) les cités et la culture romaine se sont maintenus,et les chevaliers sont peu nombreux ; il s'agit le plus souvent de seigneurs venus d'ailleurs, du Nord.

A - Une économie essentiellement agicole dominée par la seigneurie rurale


Analyse filmique [voir la colonne de gauche]
schéma du domaine rural  

POUR LE 17/1 : TP4H

Questions de cours (réponses à trouver dans la trace écrite reproduite ci-dessus dans votrre  cahier de textes numérique ou dans le découpage filmique dans la marge de gauche) à faire pour la semaine prochaine,
RAPPEL : les réponses corrigées sont insérées dans le blog etxealaia
Jeudi 17 janvier
[10 h 20 - 11 h 15]
semaine 3

Extraits d'un film 
Noble, Fière et Tibert  dans
"Le roman de Renart"
 
Cette adaptation est le premier film d'animation de toute l'histoire du Cinéma, réalisé en France dans les années trente.
Le jugement du goupil

B - Une société d'ordres, très hiérachisée : la pyramide féodale 
PLAN DU COURS

Les barons et le lien féodo-vassalique
Dessin de la pyramide féodo-vassalique
Le Roi, un suzerain éminent auquel il faut rendre l'hommage-lige
Les vilains : des sujets et non des hommes
Le rôle de l'Eglise dans la conception ternaire de la société
 
La justice, une prérogative partagée mais une notion très relative au Moyen Age


Le rôle de justicier est imparti au roi, mais dans les faits le roi n'est pas souverain dans son royaume et il ne juge que les nobles, ses pairs. Les seigneurs laïcs et l'Eglise ont leurs propres tribunaux ; la monarchie doit luter pour recouvrer le monopole de la haute justice 
La défense de Renart lors de son procès montre que les nobles ont le droit de saisir les biens des paysans,  les violences commises contre les païens ou mauvais chrétiens ne sont pas réprimées mais encouragées

Ayant offensé gravement Ysengrin-le-loup, dont il a séduit l'épouse Dame Hersent (sa propre tante) Renart a dévoré les soeurs de Pinte, la poule, puis ridiculisé Brun, l'ours, et fait ensuite assommer Tibert le chat.
Furieux, le roi le condamne à la pendaison.
Renard imagine alors une dernière astuce pour échapper à son sort.

Lecture d'un extrait du roman

(reproduit dans le Manuel page 151)
.
Le Roman de Renard forme un livre mis en forme à partir de 1170, l'un des tout  premiers  écrits en Français, raison pour laquelle on le désigne comme un "roman" alors qu'il s'agit en fait d'un recueil assez disparate d'histoires plus ou moins drôles (ou édifiantes) parodiant les genres littéraires à la mode au XIIème Siècle et qu'il est rédigé en vers.
(au nombre de 20 000  à 80 000 selon les versions, car plusieurs auteurs dont certains anonymes ont écrit les différentes "branches" regroupées finalement en un seul ensemble).


Dans le roman de Renard, ceux qui prient et ceux qui se battent sont caricaturés et décrits comme des bêtes, mais les paysans seuls, dont le portrait est pourtant peu flatteur, sont décrits comme des humains, quoique jouant un rôle marginal dans l'histoire..)
 Quand il vit dresser la potence, il fut plein de tristesse et dit au Roi:
« Beau gentil sire, laissez-moi donc un peu parler. Vous m'avez fait lier et prendre, et maintenant vous voulez me pendre sans forfait. J'ai commis de grands péchés dont je suis fort accablé: maintenant je veux m'en repentir. Au nom de la Sainte-Pénitence, je veux prendre la croix pour aller, avec la grâce de Dieu, au-delà de la mer. Si je meurs là-bas, je serai sauvé. Si je suis pendu, ce sera mal fait: ce serait une bien mesquine vengeance. Je veux maintenant me repentir.» Alors, il se laisse tomber aux pieds du roi. Le roi est pris d'une grande pitié. Grimbert revient de son côté, et crie miséricorde pour Renart: « Sire, pour Dieu, écoutez-moi! Agissez sagement: songez combien Renart est pieux et courtois. Si Renart revient d'ici cinq mois, nous aurons encore grand besoin de lui, car vous n'avez plus hardi serviteur. - Cela, dit le roi, ne saurait être dit. Quand il reviendrait, il serait pire; car tous observent cette coutume: qui bon y va, mauvais en revient. Il fera tout comme les autres s'il échappe à ce péril [...]. Qu'il prenne la croix, à la condition qu'il reste là-bas.»
Quand Renart l'entend, il est rempli de joie. Il ne sait s'il fera le voyage, mais, quoi qu'il advienne, il met la croix sur son épaule droite. On lui apporte l'écharpe et le bourdon. Il s'éloigne de la cour, un peu avant la neuvième heure, sans saluer personne; au contraire, en son cœur il les défia, sauf le roi et son épouse, madame Fière, l'orgueilleuse, qui était très courtoise et belle. Elle s'adresse noblement à Renart: «Sire Renart, priez pour nous, et de notre côté nous prierons pour vous.»
 «Dame, fait-il, votre prière me sera infiniment chère; heureux celui pour qui vous daigneriez prier! Mais si j'avais cet anneau que vous portez, mon voyage en serait meilleur. Sachez, si vous me le donnez, que vous en serez bien récompensée: je vous donnerai, en retour, de mes joyaux pour la valeur de cent anneaux.» La reine lui tend l'anneau et Renart s'empresse de le prendre. Entre ses dents il dit à voix basse: « Certes, qui jamais ne le vit, cet anneau, paiera cher s'il veut le voir! Jamais nul ne le retrouvera.»
Jeudi 17 janvier
[11 h 15 - 12 h 10]

retour en haut de page

Une remise en cause de la "pyramide féodale" et des pouvoirs seigneuriaux, un désir de réforme 

Intérêt : La période allant du XIème au XIIIème Siècle est une ère de changements très sensibles, durant laquelle les grandes églises sont désormais le plus souvent construites dans des villes.Les agglomérations urbaines se développent et voient se rassembler  des communautés plus libres, celles des "Francs" bourgeois organisés en  "communes" et affranchis de l'autorité du seigneur ayant fondé la ville, ce dernier  leur accordant  la Liberté dans le souci de favoriser le commerce et  de marquer le territoire de son empreinte (bastides et villes franches).. Or le roman de Renart décrit exclusivement le monde  rural : les hommes et femmes intervenant dans l'histoire sont des paysans, les animaux sont des nobles ou des clercs. Il est probable qu'il adopte le point de vue des citadins, hostiles à la féodalité, soucieux que la Noblesse et l'Eglise purifient leurs moeurs donc se réforment, mènent une vie plus conforme à l'Evangile...
Pour résumer, il semble que le roman recueille des récits traditionnels dénonçant les abus des puissants ; il est  mis par écrit au moment même ou les populations citadines s'organisent, et sans doute à leur intention.
Portée : Le Roman de Renart fût un succès extraordinaire et exerça une influence durable sur la culture européenne (les Fables de La Fontaine, le cinéma d'animation contemporain, etc.). Sa critique radicale de l'ordre féodal a sans doute contribué à accélérer les changements de mentalité liés à l'essor des Villes.

retour en haut de page

ATTENTION :
le développement devrait s'appuyer sur des citations nettement référencées du document

C - Une étude critique de document : En quoi le "Roman de Renart "
nous donne-t-il des informations utiles pour comprendre 
la société féodale et pourquoi explique-ton son succès par la renaissance des villes aux XIème et XIIIème siècles ?


Aide au commentaire du texte (ci-dessus) : le Roman de Renart se moque des croisés et donc de la morale de l'Eglise, décrit un chevalier comme un criminel , la reine comme une femme frivole et stupide, voire intéressée ; le roi comme un faible !

C1 - Un des tout premiers textes écrits en Français, des sources diverses

C2 - Une caricature de la société rurale médiévale ?

C3 - Une critique et une vision satirique du monde féodal sans doute plus populaire dans les villes


Pistes pour le développement :


Le roman de Renart est en apparence fidèle à la conception ternaire de la société (des paysans, humains, travaillent la terre, et des animaux figurent le Clergé et les Nobles)  mais il n'hésite pourtant pas à décrire des chevaliers tout à la fois voleurs et criminels (puisque Renart lui même, un châtelain - sire de Maupertuis,  a violé la louve, sa parente, et commet les délits les plus divers) comme il se moque aussi des ecclésiastiques, et de la justice du Roi... voire du monarque lui-même.

L'oeuvre est donc, sous prétexte de plaisanterie, une critique très féroce de la société féodale, dont on  suppose d'ailleurs qu'elle a d'abord été surtout lue par...  les habitants des villes !
Ceux-ci commencent en effet, entre le XIème et le XIIIème Siècle, période de progrès économique et de réforme, à s'affranchir des contraintes que les Seigneurs et l'Eglise imposaient au peuple au début du Moyen Age.  Ils tendent à constituer un quatrième ordre dans la mesure où, contrairement aux habitants des campagnes, ils sont assez riches et nombreux pour résister aux seigneurs.

Personnages : si Noble le Lion est le contraire du Roi idéal - car il n'est nullement un juge impartial et avisé
et va jusqu'à nommer Renart ministre !il a peu à voir avec les rois régnant effectivement à cette époque, où la monarchie française renforce son autorité...  La Reine Fière est frivole et oublie ses devoirs, tout au contraire de ce que l'on attend d'une demoiselle de haute lignée, telle que Blanche de Castille, laquelle gouverne la France avec sagesse quand son fls Louis IX part aux croisades et séduit les aristocrates - parmi lesquels le trouvère Thibaud de Champagne, roi de Navarre -  sans pour autant leur accorder ses faveurs. Renart est l'antithèse du Chevalier, guerrier chrétien du Moyen Age : il feint seulement de partir pour le Levant  pour  échapper au juste châtiment de ses crimes et commet moult crimes... Il est vrai qu'à l'époque bien des seigneurs (les Lusignan, devenue rois à Chypre, ou des aventuriers tels que Gauthier de Chatillon) ont gagné la "Terre Sainte" pour s'enrichir et non pour délivrer le Tombeau du Christ, et que les croisés commettent outre-mer ou en Europe de nombreux excès (pillages et violences de toutes sortes, contre les Juifs notamment, et de manière générale aux dépens des populations civiles dans les régions qu'ils traversent).      

Vendredi 18 janvier

[11 h 15 - 12  h 10] Groupe 2
ou
[12 h 10 - 13 h 05] Groupe 1
CORRECTION DS 2HG
Un Athénien en colère / Once upon a Thirst

Restitution des copies, point sur les moyennes
 POUR LE 31/01 : TP 5H

Questions de cours (réponses à trouver dans votre prise de notes) et explication du "roman de Renart" à partir d'un Website  à faire pour le Jeudi 31 janvier, dans le cahier
RAPPEL : les réponses corrigées seront insérées dans le blog etxealaia / les Websites doivent être consultés à partit d'un PC et non d'un téléphone car nombre de portails ne sont pas "mobile friendly"
Pas de cours en semaine 4 
(Baccalauréat blanc et cours déplacés à des horaires exceptionnels, consacrés en totalité à la Géographie)

Jeudi 31 janvier

[10 h 20 - 11 h 15]
 

PLAN
Semaine 5


Cliquez sur les miniatures pour les agrandir

Voir le tapis et son commentaire

2 – Le "beau Moyen Age" : une époque marquée  par une embellie démographique, économique et urbaine
introduction  : Un monde plus dense et plus structuré

A - Le "Tapis de la Création" (Gérone, vers 1100) : une oeuvre attestant l'effort de l'Eglise pour éduquer les fidèles et accomplir la réforme "grégorienne"

Louis IX est sacré à Reims dès le 29 novembre 1226, alors que son père, Louis VIII le Lion, qui a règné trois ans, est mort le 3 novembre à 42 ans. C'est dire la hâte de la reine mère et régente Blanche de Castille, et le rôle important joué par le sacre pour légitimer le nouveau roi. Le roi de France est sacré traditionnellement à Reims en souvenir du baptême de Clovis, qui fait du roi de France le "fils aîné de l'Eglise". La cathédrale gothique où se déroule la cérémonie a été commencée en 1212, mais ne sera achevée qu'en 1290
.

Le Sacre, grâce à l'onction de la sainte ampoule, fait du roi de France une sorte de prêtre, roi  magicien et guérisseur (thaumaturge), et, comme le roi David, chargé de protéger Israël, c'est-à-dire le peuple des croyants.

Fondateur de la monarchie franque, Clovis n'est pas un candidat crédible à la canonisation.
Jeudi 31 janvier
[11 h 15 - 12 h 10]

PLAN DU COURS ET DATES

Méthode de la composition

Une Introduction
comprenant une entrée en matière, la reformulation du sujet et l'annonce d'un plan.  

Un Développement
construit, de préférence, en trois parties, qui doivent être rédigées et argumentées.

Une conclusion
pour tirer le bilan de la réflexion menée et ouvrir le sujet.



Manuel : doc 6 p 143 et
carte page 94

B – Louis IX de France (1226 - 1270) : un règne illustre témoignant de la christianisation de la société et des institutions

TRAVAUX DIRIGES n°5 - TD5H
Rédiger une composition


UN EXEMPLE ILLUSTRANT LA CHRISTIANISATION


Chronologie
1214 Naissance du petit fils de Philippe Auguste
1226 Avénement au trône de France, sacre et adoubement
1229 Première participation à un combat (siège de Bellême)
1230 Belle défense contre une invasion anglaise, repoussée brillamment
1234 Mariage avec Marguerite de Provence
1235 Proclamation de la majorité du roi
1238 Achat des reliques de la passion
1242 Campagne militaire victorieuse contre Hugues de Lusignan et le roi Henri III d'Angleterre
1247 Expédition armée vers Lyon, pour y secourir le Pape,  qui s'y est réfugié et est menacé par l'armée impériale...  laquelle préfère se retirer sans combattre plutôt que
d'affronter Louis IX

1248 - 1254 Croisade et séjour en Egypte (où le roi est capturé et emprisonné) puis en Terre Sainte  ; retour en France à la mort de  Blanche de Castille
1256 Arbitrage de la succession de Hainaut ("Dit de Péronne")
1258 Traité de Corbeil : paix avec l'Aragon et Traité de Paris : paix avec l'Angleterre ; Interdiction des duels judiciaires
1264 "Dit d'Amiens" : médiation entre le roi d'Angleterre et ses barons révoltés
1270 Seconde croisade ; mort devant Tunis.
1297 Canonisation

<< Cliquez sur la Sainte-Chapelle (à gauche) pour en savoir plus sur Louis IX
Jeudi 7 février  
[10 h 20 - 11 h 15]
Semaine 6

Vocabulaire : commune, franchises, charte
[voir celle de Chateaudun, page 145]


retour en haut de page

Reconstitution 3 D : Paris au Moyen Age
par Grez



Document : les sceaux et les différents pouvoirs concurrents à Paris

La société chrétienne de l'époque  féodale est donc en pleine mutation : les habitants des villes (bourgeois)jettent sur elle un regard très critique (ce qui explique sans doute en grande partie le succès du "Roman de Renart"
C - Des villes plus  grosses et plus libres : l'exemple de Paris et des "bourgeois du roi"

COURS
Les villes médiévales sont ceintes de remparts et renferment des quartiers inégalement denses : les jardins y sont nombreux ; elles s'ornent d'églises gothiques (entre le XIème et le  XIIIème siècle).  
La prospérité des marchands fonde celle des villes et  permet que les bourgeois s'organisent en associations(appelées communes) pour revendiquer leurs libertés(dites "franchises").
Ainsi la plupart des villes s'émancipent-elles de leurs seigneurs (qui leur octroient une charte)et ont leur propre justice. Elles élisent un maire (appelé encore consul, bayle, etc.)et obtiennent de créer une milice de volontaires pour garder leurs murs.
Ce processus est presque toujours soutenu par le roi, car il affaiblit les princes et permet au souverain de renforcer les droits de la couronne. Jusqu'au XIIIème siècle, l'autonomie grandissante des bourgeois de Paris nuit assez peu au roi, comte de Paris (mais dont l'autorité sur la capitale est réduite par l'existence d'autres seigneurs : l'abbé de Saint-Denis et l'évêque).
A cette époque, les commerçants ne sont pas tout à fait à leur place parmi les trois ordres traditionnels,et il en va de même pour d'autres habitants des villes : notamment les étudiants et professeurs des Universités, que les rois (et les papes) protègent  et qui parviennent gâce à ces protections à échapper au pouvoir des évêques.


Le grand père de Louis IX est le souverain français qui, le premier, s'intitule parfois "roi de France" et non plus rex Francorum (roi des Francs) même si ce dernier titre reste encore le seul en usage officiellement. Il agrandit le royaume et prend comme modèle les empereurs de Rome, bat les rois d'Angleterre et l'empereur germanique, ce qui explique son surnom (avec aussi le fait qu'il est né en Août). Il comprend la nécessité de favoriser les marchands pour tirer parti de leur richesse en les taxant et transforme Paris, grossi d'un afflux de population inimaginable, en une véritable capitale agréable à vivre. Sous son règne est entreprise la construction la plus célèbre de l'art dit gothique : Notre-Dame. Le roi entoure Paris de murailles et expulse les juifs puis persécute les Templiers. Premier capétien dans ce cas, il ne juge pas utile de sacrer son fils de son vivant  (ce fils est Louis VIII le Lion, lui même père de Louis IX).
L'autonomie grandissante des villes entre le XIème et le XIIIème siècle sert d'abord les intérêts de la monarchie, en ce qu'elle ébranle l'emprise des grands féodaux, mais devient dangereuse par la suite. Les bourgeois de Paris, notamment, sont à compter du XIVème siècle, une force très souvent contestatrice de l'ordre établi, et encline à la rebellion contre le souverain.

Paris, capitale au temps de  Philippe Auguste
(quinze première minutes) et ses successeurs
Jeudi 7 février 
[11 h 15 - 12 h 10]
Exemple de composition

Voir un film sur la prise de Constantinople  

3 –  Un traumatisme ponctuant la fin de l'ère médiévale : les Turcs prennent l'antique Byzance (1453)

A - La conquête
B - Le transformation de la ville
C - Le maintien d'une civilisation brillante et du rêve impérial

Rédaction de l'introduction et de la conclusion, plan du développement

Vendredi  15 février 
semaine 7
[11 h 15 - 12  h 10] Groupe 2
ou
[12 h 10 - 13 h 05] Groupe 1

Projet See.Shore

voir  aux dates des 31.01 et 01/02
A titre exceptionnel : cours d'Histoire déplacé le Vendredi, et cours de Géographie le Jeudi en semaine 7

TRAVAUX DIRIGES n°7 - TD 7H
DES FIGURES FEMINISTES
DANS LE PROGRAMME D'HISTOIRE DE SECONDE ?


DEVOIR A RENDRE IMPERATIVEMENT : LE 8 MARS (au plus tard)
Retrouvez les consignes dans le cahier de textes d'EMC en cliquant sur le bouton
à gauche

10,0

Dix heures dont deux heures d'évaluation
LA CAUSE DES FEMMES

L'exposition accueillie
au CDI à partir du 14 mars 2018

retour en haut de page

Posters réalisés à partir du devoir à rendre à l'occasion de
la Journée
des Droits des Femmes
(en lien avec le projet
de classe SEE.SHORE)
Attention : toutes les fautes de Français n'ont pu être corrigées, certaines productions ayant été mises en ligne avant leur vérification par le Professeur
Des Féministes dans le programme d'Histoire de Seconde ?
VACANCES D'HIVER
DU 15 FEVRIER AU MARS
CHAPITRE IV

LES
« MONDES NOUVEAUX»  
DES TEMPS MODERNES




LES
GRANDES DECOUVERTES
FAITES
PAR LES EUROPEENS

DU XVème AU XVIIIème siècle



CHAPITRE  SUIVANT




cliquez sur le tableau pour lire des pistes pour le développement de l'étude de documents

Jeudi 7 mars
[10 h 10 - 11 h 15]

XVème et XVIème siècles

L'élargissement du monde (suite)
et
 
XVIIème et XVIIIème siècles
L'essor d'un nouvel esprit scientifique et technique
Introduction : reformulation
Chronologie et définitions


1- Un élargissement culturel et géographique spectaculaire aux XVème et XVIème siècles

A - De nouvelles ambitions artistiques et intellectuelles
(Etude 
critique de deux documents : L'homme au centre du monde)
Jeudi 7 mars
[11 h 15 - 12 h 10]

retour en haut de page
semaine 10

Distribution des supports et des consignes de l'étude
TRAVAUX DIRIGES n°8 - TD 8H
une étude de deux documents
L'Homme au Centre du Monde
Le mariage de la Vierge (Raphaël) 1504 (ci-dessus) et
De la dignité de l'Homme (Pic de la Mirandole) 1486

Lecture et regards croisés sur le support : Pic de la Mirandole fait de l'Homme un être  divin, donc un ange ; partisan de la Gnose (courant qui cherche un sens dissimulé aux communs dans les textes religieux) il est souvent  perçu comme un hérétique. Raphaël célèbre l'institution du mariage en une époque où l'Eglise s'efforce de raccourcir les fiançailles. En phase avec l'Eglise catholique il met en évidence l'anneau nuptial plutôt que la bague.
DEUX
QUESTIONS


Question 1 QUI PARLE A QUI ?

Dans le texte rédigé par Pic, c'est en principe Dieu qui s'adresse à Adam (l'Humanité) . Le tableau de Raphaël montre une église parfaite, dont le plan est inspiré des temples gréco-romains et que le peintre aimerait bâtir, mais aussi le mariage de Marie et Joseph. les deux oeuvres sont donc d'inspiration chrétienne et font référence à la Bible (L'Ancien Testament et le Nouveau)
Question 2 UNE INTRODUCTION

NATURE DES DOCUMENTS. "De la dignité de l'Homme" est un réécriture d'un passage important de la Bible (beaucoup plus favorable à l'Homme) et précisément du moment où Adam et Eve furent chassés du paradis terrestre. C'est un texte très célèbre datant de la Renaissance, comme "Le Mariage de la Vierge" est un tableau fameux de la même époque exécuté par le grand peintre Raphaël.
AUTEURS. Pic de la Mirandole et Raphaël sont tous deux Italiens et typiques de la culture moderne de la fin du XVème et du début du XVIème siècles. Le premier est un humaniste, ce qui signifie qu'il pense que l'humanité est au centre du monde et un gnostique car il voit dans les écritures saintes un sens caché, assignant à l'Homme un rôle particulier sans la création. Le second est un peintre admiré, connu par la qualité de ses couleur, ses connaissances en géométrie et architecture, qui compose une scène équilibrée et dédiée au cercle, forme géométrique parfaite.
CONTEXTE. La chute de Constantinople, qui est parfois considérée comme indiquant le début de l'époque moderne, a provoqué l'émigration de nombreux Grecs et probablement contribué à l'éveil artistique précoce de l'Italie, qui donne à la Renaissance ses plus grands chefs d'oeuvre. Artistes, écrivains crioyants : tous contestent alors  les héritages médiévaux et se tournent vers l'Antiquité pour "retrouver" pureté et vérité.
FIN DU DEUXIEME TRIMESTRE LE 8 MARS
Jeudi 14 mars
[10 h 10 - 11 h 15]

étud
es choisies : un navigateur et ses voyages de découverte ; une cité précolombienne

retour en haut de page

B3 - Un serviteur zélé de la couronne
 d'Espagne ?
Paré de titres ("amiral des mers océanes" et vice-roi) et bénéficiaire de promesses difficiles à tenir pour les souverains, Colomb est à l'origine de l'empire que les conquistadores vont offrir à l'Espagne à l'Ouest. Mais il est accusé de concussion, a de nombreux démêlés avec les délégués des rois "très catholiques", lesquels lui conservent leur confiance...  mais ne lui épargnent pas par leur protection d'avoir à subir un pénible séjour en  prison.
B - Des explorateurs et de nouvelles terres : l'exemple d'un navigateur célèbre et controversé, Christophe Colomb
COURS
B1 - Un personnage mystérieux
Sa biographie est relativement bien connue, mais l'identification du personnage fait l'objet de débats plus ou moins fantaisistes.  Il ne serait pas issu d'une lignée de marins, mais aurait découvert très tôt sa vocation (grâce au récit de Marco Polo), et a grandi dans une cité maritime, le port de Gênes (une ville toutefois tournée traditionnellement vers la Méditerranée, où elle était la rivale historique de Venise)...
On consteste parfois son ascendance italienne pour lui attribuer d'autres origines - catalanes, ou autres !
Il  aborda en premier lieu à la Dominique en 1492, et ne mit le pied sur le continent américain proprement dit - peut-être ! qu'en 1498 seulement.  Paradoxalement, il crût toujours avoir été aux Indes. Alors qu'Amerigo Vespucci a donné son nom au continent occidental, les récits de voyage écrits par Colomb n'ont été publiés qu'au XIXème Siècle, ce qui peut expliquer les légendes nées autour de sa vie.

B2 - Un navigateur inspiré
Christophe Colomb se croit investi d'une mission divine. Sa mégalomanie,  son caractère procédurier et son mariage suspect avec la fille du gouverneur d'une île proche de Madère sont mis en avant par ses détracteurs. Il n'a pas conscience d'avoir découvert un nouveau monde mais persiste dans l'erreur de se voir en Asie quand il se trouve en réalité aux Caraïbes - les "Indes ocidentales" selon lui ; malgré, tout il est considéré unanimement comme "l'initiateur des temps modernes" (Encyclopédie Larousse).
Jeudi 14 mars
[11 h 15 - 12 h 10]
semaine 11

Un épisode de la série "Bâtisseurs d'Empire" diffusé par la chaîne "Planète"

retour en haut de page

Les mythes fondateurs des Aztèques (ou Mexicas) dissimulent mal les conditions difficiles de leur installation  sur le lac Texcoco. Nomades et peu évolués par rapport aux Toltèques, il y ont trouvé refuge sans avoir nécessairement souhaité déclencher la guerre. L'intervention divine indiquant à Tenoch où il doit s'établir sert à justifier le choix  d'un lieu peu salubre et désolé...

Grâce aux constructions sur pilotis, aux digues, aux jardins flottants (chinampas) et à la captation de sources ravitaillant la cité par un aqueduc,   Mexico se développe sur le modèle de Tehotihuacan (la ville des Dieux) en s'appuyant sur l'alliance de Texcococo et Tlacopan et en pratiquant une guerre sanguinaire et d'incessantes conquêtes entre le XIVème et le XVème siècles.


C - Des conquérants intrépides (et brutaux) et des civilisations
subjuguées : l'exemple de Cortes face aux  Aztèques (la prise  de Tenochtitlan-Mexico)

COURS

C1 Les Aztèques, une fédération de cités en expansion mais une civilisation entourée d'ennemis

FILM La Grandeur des Aztèques


Les  nécessités de la "guerre fleurie" (des milliers de prisonniers sont sacrifiés chaque année aux Dieux des Aztèques, dont les prêtres ont coutume d'arracher le coeur de leurs victimes encore vivantes, conformément à des pratiques attestées par ailleurs dans la région, chez les Mayas du Yucatan notamment) rendent impopulaire la domination exercée par les Mexicas, que, d'autre part, leur religion fortement teintée de pessimisme incite probablement à un certain fatalisme.. aussi les Espagnols peuvent-ils trouver des alliés et fomenter  des révoltes contre les Aztèques, et ces derniers être sensibles à l'esprit de croisade des Espagnols (destruction des temples, exécutions de notables et de membres du clergé indigène).


La première rencontre
 entre Cortès et Moctezuma
imaginée par un site mexicain
(cliquez sur l'image
)

Manuel pp 184-185
LES ORIGINES DE L'EMPIRE AZTEQUE   
1°) Des rites sanglants et des origines légendaires
2°) Une interprétation historique : un peuple frustre, venu du Nord et influencé par les civilisations précédentes (Tehotihuacan) ... des débuts difficiles, sur une lagune où les mexicas sont des réfugiés plutôt misérables.

LA CONSTRUCTION DE MEXICO-TECHNOTITLAN

1°) Une ville bâtie sur pilotis, ravitaillée en eau par des aqueducs et reliée au continent,  protégée par une digue.
2°)  Un empire détenant l'arme alimentaire (le foodpower) grâce aux chinampas et une ville sacrée.
3°) Un état en expansion mais fragile (caractère récent des conquêtes, hositilité générale causée par la Guerre Fleurie, résistance durable des voisins : Txalcala, royaume Tarasque, etc.)


Jeudi 21 mars

[10 h 20 - 12 h 10]

Comment 400 Espagnols
purent-ils s'emparer en quelques mois d'un empire
peuplé de vingt millions
d'hommes et de femmes ?


retour en haut de page semaine 12

D'après ce dessin, la force des conquistadors apparaît  résider dans : l'utilisation du cheval, inconnu en Amérique, ainsi que dans leurs armes et armures, alors que les "Indiens" ne disposent pas de cuirasses ni d'aucun objet en fer ; on note aussi la présence aux côtés des Espagnols d'auxiliaires indigènes (et d'un Africain).
La bannière rouge ornée d'une représentation du Saint Esprit rappelle que la conquête du Mexique est faite au nom du Roi et de Dieu (la conviction des Européens que leur religion est supérieure leur donne une grande force morale ;  les Espagnols sont les bénéficiaires d'un partage du monde opéré par le pape par le Traité de Tordésillas).




LIEN VERS UNE PRESENTATION
DES CODEX
PAR L'UNIVERSITE D'ARIZONA


COURS

C2 - Un Empire à son apogée anéanti en quelques années

L'attitude prudente de Moctezuma  peut s'expliquer par cette prétendue résignation,  mais on a sans doute exagéré l'indécision et la faiblesse de "l'empereur" (puisque son règne a vu au contraire, avant l'arrivée de Cortès, la mise en place d'importantes réformes et la conquête de nombeux vassaux) de même qu'on a abusivement propagé, bien après la conquête, l'idée, fausse suivant toute vraisemblance, que les indigènes avaient pris les Blancs pour des Dieux, ou qu'ils avaient cru au retour de Quetzacoatl, le "serpent à plumes" jadis parti vers l'Est, et dont des prophéties annonçaient qu'il reviendrait un jour...

C3 - une Histoire racontée par les vainqueurs





Cortès est ici représenté dans sa marche triomphale vers Mexico en  1519 avec une femme à ses côtés : il s'agit d'une "princesse" Mexicaine qui a joué un grand rôle dans sa réussite et semble ici lui servir de guide.
D'autres facteurs explicatifs doivent cependant être recherchés pour expliquer l'apparente facilité de la conquête....

Pas  de cours le 28 septembre
(encadrement d'une sortie SVT - Géographie à Guéthary)
Jeudi 4 avril
[10 h 20 - 11 h 15]

Dossier sur Galilée
pp 226-227
et
sur les Sciences
pp 230-231




retour en haut de page semaine 14

XVIIème et XVIIIème siècles
L'essor d'un nouvel esprit scientifique et technique (suite)
études choisies : un savant et son oeuvre ; la machine à vapeur


Dans le domaine des idées, la Raison s'impose ; dans celui de la production, la Machine, et bientôt le moteur.... ceci en Europe tout spécialement, ce qui donne à cette région du monde les moyens d'une domination qui tend déjà à devenir globale.


 2 - Un progrès de la connaissance très sensibles du XVIème au XVIIIème siècle : savants, réformateurs et philosophes, techniciens et entrepreneurs

COURS

A – La révolution copernicienne et sa difficile acceptation : la condamnation de Galilée en 1633
L'époque moderne voit s'affirmer trois grandes convictions : la rotondité de la Terre  (une approximation, en fait)  l'héliocentrisme (une erreur, puisque le Soleil n'est que le centre de son système planétaire, mais une  affirmation qui rompt avec l'idée que la Terre est au centre de la création, comme l'enseigne l'Eglise, et est attribuée à Copernic, savant du XVIème Siècle) enfin l'idée que la nature est mathématisable (ce qui fonde les Sciences Modernes mais laisse croire, à tort, que tout serait évidemment explicable).  
C'est une "révolution" réprimée (en vain) par les églises chrétiennes.
 Galilée fait partie des auteurs qui osent défendre publiquement la révolution Copernicienne. Il se fonde pour cela sur un raisonnement scientique. Bien qu'il se trompe parfois dans ses opinions ou sa méthode, Galilée est célèbre parce que l'Eglise, en  le condamnant, s'est ridiculisée aux yeux des savants, comme de la plupart des Européens. Par ailleurs, il a  voulu montrer que l'univers n'était pas parfait, décrivant notamment le stâches solaires....


B - Le choc de l’Imprimerie et le développement d'un regard critique sur le monde

Le nombre des personnes instruites grandit progressivement grâce à l'imprimerie, invention de l'Allemand Gutenberg qui se développe d'abord en Rhénanie (Mayence puis Strasbourg, etc.). Le livre imprimé permet d'abord la diffusion très large de la Bible, puis, mais seulement dans un second temps, celle de la culture profane et des langues modernes. Les associés de Gutenberg se fixent à Paris, et le Français demeure (ou devient) la principale langue en usage parmi les élites cutivées européennes.  Les Académies se multiplient,  où les Savants et Lettrés se retrouvent pour échanger.
Le livre le plus imprimé est d'abord la  Bible et les pays protestants connaissent une alphabétisation précoce.
Les philosophes  font montre d'une grande distance vis à vis des enseignements de la Religion, et leur scepticisme les conduit à rejeter comme une superstition toute révérence excessive envers les dogmes ou l'enseignement des Anciens (Aristote, notamment).  Ils fondent la science expérimentale....
La masse demeure pourtant largement ignorante et c'est seulement au XVIIIème Siècle voire plus tard encore, que l'explication rationnelle et la critique des traditions deviennent accessibles à de larges franges de la population (en Europe occidentale au moins).


C – La machine à vapeur : le moyen d' une mutation de l'économie déterminante

La machine à vapeur est un bon exemple de la transition qui s'opère des savants aux ingénieurs puis aux hommes d'affaires  entre le XVIIème et le XIXème Siècle. 

Il s'agit en effet de l'invention ayant permis le développement de la  première de trois révolutions industrielles successives.  

Dossier pp 232-233
Thomas Newcomen est un Britannique qui incarne le type du  technicien du XVIIIème Siècle ; Il est  le mécanicien qui a véritablement « inventé »  en 1711 la "pompe à feu"  première machine à vapeur utilisable. Newcomen a imaginé et construit une machine à balancier dans le but pratique d'éviter l'inondation des galeries de mine, ce qui a rendu possible l'extraction du charbon à de plus grandes profondeurs : il en aura installé une centaine environ, quand il meurt en 1729. Dès 1721, une pompe de ce type est mise en oeuvre sur le continent, en Belgique.

James Watt
est un ingénieur Ecossais qui perfectionne la machine : c'est l'un des « spécialistes du brevet » qui apparaissent avec le décollage des industries. Il améliore le rendement de la machine à vapeur, grâce au condenseur, à la bielle et à la roue, s’associe à des capitalistes et fait fortune. Ses machines sont 500 environ en fonctionnement vers 1800 et leurs performances  amorcent véritablement la révolution industrielle. Watt introduit la notion de cheval-vapeur ; les polémiques autour de la paternité réelle des inventions qu'on lui attribue sont  caractéristiques de l'histoire des sciences à la période capitaliste : elles annoncent  les controverses futures autour de la personnalité de Thomas Edison, par exemple.


Jeudi 4 avril
[10 h 20 - 11 h 15]

POUR LE 11 AVRIL :
TRAVAUX DIRIGES n°8 - TD 8G
Méthode de la Composition
Rédaction de l'introduction et de la conclusion de l'une des trois compositions présentées
Mettez au propre et/ou recopiez le cours (partie 2)
Jeudi 11 avril
[10 h 20 - 11 h 15]
semaine 15

retour en haut de page

Ouvertures possibles  : s'interroger sur le rôle (aussi important ou non)  d'un autre "inventeur" de la même époque OU sur la posture de héros (de la liberté de conscience) assumé par Galilée, emprisonné pour
"ses idées" (en fait, il est assigné à résidence et non pas jeté en geôle car il est bon catholique, protégé du pape, et ne finit pas brûlé vif comme l'avait été Giordano Bruno en 1600).
TRAVAUX DIRIGES n°9 - TD 9G
Méthode de la Composition - SUITE

Rédaction du développement de l'une des trois compositions présentées

"Galilée et l'essor de l'esprit scientifique" :

Galilée est un savant italien et un héritier de l'Humanisme des siècles précédents (il développe, comme les Humanistes, une critique féroce de l'enseignement traditionnel et a la conviction que les Mathématiques peuvent expliquer le monde, comme Pythagore estimait que l'univers est régi par les nombres). Il vit à  une époque où  la rotondité de la terre a été prouvée, et où l'héliocentrisme s'est imposé (depuis les travaux de Copernic) tandis que les querelles religieuses sont féroces.
Galilée est l'un des premiers auteurs à ne pas exposer des considérations religieuses à côté de ses observations et théories scientifiques et à braver ainsi l'Eglise, aux prises avec la Réforme (protestantisme de Luther et Calvin) et la contre-réforme (Jésuites). Au pape Urbain VIII, qui lui a commandé un exposé des théories de Copernic et de celles d'Aristote (dont le géocentrisme est compatible avec le récit biblique)  il livre en 1633 un plaidoyer pour l'héliocentrisme
C'est un savant, qui a pu se tromper (il a même commis de nombreuses erreurs) et a parfois négligé d'argumenter ses thèses, mais a développé des théories fondées sur des observations (il fabrique notamment des lunettes astronomiques) et des calculs.

9,0

Neuf  heures,  dont une heure d'évaluation
VACANCES DE PRINTEMPS
DU 14 AU 29 AVRIL
CHAPITRE V

REVOLUTIONS
ET NATIONS

LES
GRANDES
RUPTURES
CONTEMPORAINES
MARQUANT L'ENFANCE
DE L'EUROPE

Jeudi 2 mai
[10 h 20 - 12 h 10]

semaine 18

retour en haut de page

Début du film : Le Bossu (d'André Hunebelle)
une définition de la monarchie absolue,  ses limites et son cadre..

Introduction : reformulation
Chronologie et définitions


1- Le déclin et la fin de l'Ancien Régime en France

A – Une crise politique
A1 Un modèle "absolutiste" critiqué  par les Lumières
A2 Un royaume mal gouverné et un état très endetté
Comparaison entre les génériques des deux films (musique gaie et prestigieuse pour l'apogée de la monarchie absolue sous Louis XIV : Versailles, son parc et des jets d'eau dans  le premier film ; musique moins gaie et soleil couchant sur Versailles avant le bal dans la galerie des glaces pour les derniers moments de l'Absolutisme déclinant en 1788).


COURS

Début du film : Les Années Lumières
(de Robert Enrico)


les causes de l'impopularité de la reine et  de l'endettement de l'Etat
et
la convocation des Etats-Généraux.
 (une décision peu conciliable avec le maintien d'une monarchie absolue)
Le film laisse entendre que la reine est légère : elle aurait un amant voire une maîtresse, penserait surtout à s'amuser et notamment à des jeux d'argent, ridiculiserait son époux par des propos publics irrespectueux. Mais elle est une bonne mère pour son fils : le film insiste sur ce point pour tempérer le portrait défavorable qu'il fait de Marie-Antoinette, reine jeune et séduisante, mais détestée par le peuple, qui lui reproche paradoxalement d'être étrangère et la voit comme une mauvaise épouse et conseillère de Louis XVI et se scandalise de ses dépenses somptuaires (sa ferme au Trianon en est un exemple).
Le personnage de Necker, banquier suisse et ministre de Louis XVI, impute dans le film  le déficit aux dépenses de la reine et de la cour mais aussi à la guerre d'Amérique . Il oublie le poids des intérêts dus aux banquiers (car le royaume est mal géré et emprunte tous les ans depuis des lustres) et néglige d'évoquer le problème de l'affermage des impôts (perçus par des intermédiaires qui financent l'état et se remboursent ensuite en percevant les taxes). Surtout, l'affirmation que la convocation des Etats-Généraux est indispensable est fausse : un souverain énergique aurait pu obliger en effet  les privilégiés à payer des impôts (mais Louis XVI s'y refuse car il voit les Nobles comme ses pairs)
Jeudi 9 mai
[10 h 20 - 11 h 15]
Film : la reine au balcon
A3 Une Révolution Atlantique ?
TRAVAUX DIRIGES n°10 : Rédiger une biographie
LAFAYETTE
Jeudi 9 mai
[11 h 15 - 12 h 10]
semaine 19
Manuel page 252, document 1 et
paragraphe C
Manuel page 252,  paragraphes A et B
B – Une crises sociale

B1 Une société d'ordres vue comme archaïque
Elle est contestée, notamment par les Bourgeois, élité éduquée et fortunée qui estime qu'elle est plus compétente et plus légitime  pour aider le roi à gouverner le royaume, que les nobles, oisifs et parfois appauvris.

B2 Des règles injustes aggravées par "la réaction aristocratique"

Pas de cours en semaine 20 (mobilité sortante Erasmus+)
Jeudi 23 mai
[10 h 20 - 11 h 15]
semaine 21
C - La fin d'un monde.. en quelques journées révolutionnaires

C1 La prise de la Bastille (14 juillet 1789)

C2 Les journées d'Octobre (6 octobre 1789)
C3  Le massacre du Champ de Mars (17 juillet 1791)
Jeudi 23 mai
[11 h 45 - 12  h 10]
TRAVAIL PERSONNEL TP5H
L'introduction d'une composition
Jeudi 6 juin
GROUPE 2
[8 h 15 - 9  h 10] 
TRAVAUX DIRIGES n°11 : 
La question de l'esclavage et de la traite des Noirs

Après le Congrès de Vienne :
le maintien d’une instabilité politique chronique dans une Europe submergée par le romantisme politique

Vocabulaire : les nationalités

cliquez pour agrandir :
Jeudi 6 juin
[10 h 20 - 11 h 15]
semaine 23

Pas de cours de 11 h 15 à 12 h 10 : restitution des manuels scolaires


2 - Après la Révolution : Un irrésistible mouvement libéral et national

Une frise chronologique de la Révolution
 A - Robespierre à cheval : Bonaparte devient Napoléon  et exporte le modèle français
le tableau du Sacre, cartes comparées
B - Après Waterloo : romantisme politique et remise en cause rapide de l'oeuvre du Congrès de Vienne (le Printemps des peuples)
Vendredi 7 juin
[11 h 15 - 12  h 10] Groupe 2
ou
[12 h 10 - 13 h 05] Groupe 1
C - Un grand mouvement d'émancipation en Europe mais aussi aux Amériques
FILM : Senso


9,0
Neuf  heures,  dont une heure d'évaluation
 
ARRÊT DEFINITIF DE TOUS LES COURS
LE 7 JUIN


BILAN GLOBAL ANNUEL
52 heures

Année scolaire 2018-2019


Le programme :